Le Béninois Libéré
Image default
Benin

VENDREDI DE L’ACADÉMIE À L’UAC : La pollution environnementale par les intrants agricoles au cœur des échanges

La Commission Permanente Climat-Environnement de l’Académie Nationale des Sciences, Arts et Lettres du Bénin a organisé le Vendredi de l’Académie, le vendredi 04 novembre 2022. L’événement s’est déroulé dans l’amphithéâtre Idriss Déby Itno de l’Université d’Abomey-Calavi.

A cette occasion, plusieurs communications ont été données sur la pollution des eaux et des sols et leurs impacts sur la santé.
«La problématique des polluants environnementaux en lien avec la santé humaine au Bénin». C’est autour de ce thème que les universitaires ont mené des réflexions pour ce Vendredi de l’Académie. Il a été donc question de débattre de la pollution des eaux et des sols par les intrants agricoles. Selon le président de la Commission Permanente Climat-Environnement de l’Académie Nationale des Sciences, Arts et Lettres du Bénin, Professeur Michel Boko, ce thème trouve son sens « dans un monde confronté aux défis de perte de sérénité et surtout des problèmes de santé parce que nous déversons des milliers de tonnes de déchets dans nos eaux et sur la terre. Des déchets qui ressortent des activités agricoles ». Aussi, « des études menées de parts et d’autres au Bénin ont montré que la pollution des eaux du Bénin et du sol est de plus en plus croissante » a-t-il affirmé

La pollution des eaux et des sols est donc de plus en plus élevée dans le nord Bénin à cause de l’utilisation des intrants chimiques dans la production du coton. « Ces constats suggèrent donc l’urgence de la mise en place des systèmes de surveillance et d’encadrement de l’utilisation de ces intrants agricoles. » a confié le professeur Michel Boko. Il invite donc à la pratique d’une agriculture biologique et raisonnable pour un environnement sain. Pour sa part, le recteur de l’Université d’Abomey-Calavi, Professeur Félicien Avlessi a également dénoncé les impacts négatifs des intrants. A cet effet, il affirme, « l’utilisation des intrants agricoles dans le but de protéger les cultures et d’accroitre le rendement agricoles est responsable de la pollution des eaux et des sols souterraines, des lacs, des lagunes et des terres cultivables ». Va-t-il poursuivre, « l’utilisation de ces produits constitue un sujet de préoccupation environnementale très importante ». Il note également qu’il « urge de prendre des mesures actives allant des politiques d’une meilleure gestion des intrants agricoles au mécanisme de surveillance des cours d’eaux ». Au cours de ce vendredi de l’Académie, quatre communications ont été données. Et ce, pour exposer à l’assistance les impacts négatifs des intrants agricoles sur l’environnement, la santé humaine et celle des animaux, sans oublier les aspects économiques de la pollution de l’air, des sols et des eaux.
Il est à noter que le vendredi de l’Académie est une initiative qui permet à la Commission Permanente Climat-Environnement de l’Académie Nationale des Sciences, Arts et Lettres du Bénin de faire le point de ses recherches sur des sujets scientifiques spécifiques.

Oscar S. MEDO-ADOKON

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR