Le Béninois Libéré
Image default
Benin

Université d’Abomey-Calavi : Alasane SEIDOU met fin au désordre

(La peine capitale prononcée contre la Garde Fédérale, Brigade rouge et code) 

Surprise ou pas, les organisations universitaires viennent d’être secouées par une décision radicale du ministère de l’Intérieur et de la sécurité publique. À travers un communiqué radiodiffusé en date de ce jeudi 21 juillet 2021, le ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique, Alasane SEIDOU, siffle la fin de la récréation.

En effet, faisant état des  bouleversements de la vie estudiantine et des actes répréhensibles orchestrés le plus souvent par des associations estudiantines à savoir Garde Fédérale, Brigade rouge, code et autres qui remettent en cause la sécurité des usagers du campus d’Abomey-calavi, le ministre d’État prend ses responsabilités. Ainsi les organisations faîtières sont sonnées de mettre fin à leur existence.  «  Ces milices, organisées en « garde fédérale », « brigade rouge », « code » etc , se livrent à des sévices graves sur leurs camarades étudiants de même que sur les usagers du campus . Ainsi, il s’observe, sur fond de violence, des coups et blessures volontaires, des menaces de mort et des perturbations fréquentes des activités académiques sur le campus universitaire qui, au lieu de demeurer un centre d’apprentissage et de formation, est transformé en un front permanent où plane le spectre de la violence. » A dénoncé le communiqué. 

Le ministre a exigé donc sous peine de sanctions à la fin immédiate de leur activité sur le  campus d’Abomey-calavi. «  Au regard de ces dérives contraires à toutes les dispositions légales et réglementaires en vigueur, je demande aux faîtières des organisations immédiatement en leur sein, à l’existence de ces groupes ; autrement, elles seront tenues responsables des déconvenues qui en découleraient. »  Peut-on lire dans le communiqué. 

Le ministre invite toute la communauté universitaire au calme avant de rassurer que toutes les mesures de sécurité nécessaires sont prises par le gouvernement pour continuer à garantir le déroulement des travaux académiques en toute sérénité sur le Campus universitaire d’Abomey – Calavi et sur tous les autres campus de notre pays.

Nel Charbel Koffi

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR