Image default
Politique

Triste nouvelle pour Les Démocrates : En exil technique, Boni Yayi perd sa sœur

Comme une traînée de poudre, l’information concernant le décès de la sœur aînée de l’ancien président Boni Yayi a été confirmée par plusieurs proches du prédécesseur de Patrice Talon. Ajôko Yayi, sœur aînée de l’ancien président Boni Yayi, est morte ce dimanche 09 mai 2021 à l’âge de 90 ans des suites d’une maladie. Elle aurait été malade depuis un bon moment.

Malheureusement, son frère, l’ancien chef d’Etat, Boni Yayi, ne peut pas descendre au pays pour lui rendre un hommage mérité. Et pour cause, il est, selon nos informations, en exil technique pour échapper à une possible interpellation de la justice suite aux violences préélectorales.

Même si l’information de son exil n’est pas encore mise au clair, ce n’est qu’une question de temps et d’ici à là, les Béninois seront mieux situés. Car l’homme n’entend plus rentrer au pays tant que Talon est Président au risque d’être interpellé par la justice qui enquête depuis quelques mois sur l’implication des acteurs politiques dans les violences préélectorales.

Comme quoi, Boni Yayi a peut-être finalement compris que le silence d’un grand homme de son rang est mieux que les versets bibliques qu’il lisait partout avec des cantiques sans prendre connaissance de leur importance.

C’est un coup dur pour l’ancien président connu pour ses salamalecs funestes au Bénin comme à l’extérieur. Et comme en de pareilles situations, on espère toujours le retour de l’ascenseur, Yayi aurait pu bénéficier de cette compassion des Béninois et de tous ceux à qui il a eu à témoigner ses condoléances pendant ces moments difficiles qu’ils traversaient. Pour un homme comme lui, amoureux des bains de foule, ne pas pouvoir être là pour accompagner sa sœur ainée dans sa dernière demeure ne peut être ressentie comme une torture. Oui, lui l’obséquieux devant les morts, loin du corps d’un  proche, à cause de ces yeux baladeurs de la justice qui fouillent un peu partout pour dénicher les auteurs complices et autres impliqués dans les violences préélectorales.

Néanmoins, il est à plaider pour que la justice ferme d’abord les yeux afin qu’il puisse venir faire son deuil. Mais est-ce que ce sera le cas ?

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR