Le Béninois Libéré
Image default
Takou

Tragi-comédie politique à la veille de la campagne électorale : OMER GUÉDOU, LE FAUX COMÉDIEN QUI VEUT TERNIR L’IMAGE DU BR

(L’honorable Tchaou n’a ni le temps ni les mains pour tondre la tête d’un clébard)

Le député Up-Le Renouveau, Florentin Tchaou, aurait tué un adversaire politique. Il l’aurait frappé, traîné par terre sur des dizaines de mètres et lui aurait même crevé un œil. C’est le scénario écrit maladroitement par le bourreau qui tentait de se faire passer pour la victime. Mais quand on force à faire la comédie alors même qu’on n’a rien d’un acteur, on passe souvent à côté de l’écriture.

Omer Guédou en quête de sensations fortes a vainement tenté de provoquer son ancien ami et responsable, l’honorable Florentin Tchaou dimanche dernier à une fête des Égoungoun où le député était invité pour ses bonnes œuvres au profit de la culture béninoise. Sur place comme le démontre les vidéos que les proches même de Guédou ont laissé fuitées, il n’a même pas échangé un seul mot avec son ancien ami. Il faisait même semblant de ne pas le voir avant de justifier à ses amis qu’il n’a même pas vu le député. Il portait toujours ses verres et bien habillé.

Mais selon le scénario qu’il a tenté de faire croire, il venait d’être bastonné. Et le député qui n’a même pas fait cinq minutes sur le terrain aurait eu suffisamment de temps pour laisser sa cérémonie pour cette bagarre imaginaire dans laquelle Omer Guédou a failli même perdre un œil comme il l’a fait croire sur sa photo, sur le lit de la clinique dans laquelle il s’est rendu dimanche dernier.

Malheureusement pour lui, la vérité s’est vite imposée à lui et déjà le lendemain soit le lundi, il n’avait plus le faux bandage. À ses amis et surtout son propriétaire de maison qui se sont étonnés de la disparition du bandage en moins de 06 heures alors que ses partisans assommaient le député de lui avoir crevé l’œil, il répond par un sourire comme pour dire que cette comédie est déjà finie.

Voilà, résumé la connerie dans laquelle certains responsables du parti Br voulaient entraîner le Sgn du parti, Abdoulaye Bio Tchané. Mais comme c’est un ancien, sa sagesse ne lui a pas permis de se laisser noyer dans un verre de Talokpémi par Omer Guédou et compagnie.

C’est à la veille d’une élection capitale qu’il faut se victimiser pour avoir le soutien des électeurs. Mais le scénario du candidat Guédou était trop gros et trop mal monté pour cadrer.

Le député, contacté par notre organe de presse hier, a ri aux larmes et s’est refusé à participer aux caprices de son ancien militant. À peine a-t-il laissé entendre que l’heure n’est pas à ça. Le Br et les candidats Br ne sont pas l’ennemi de l’Up-Le Renouveau pour permettre au président Talon de continuer ses réformes. L’adversaire, c’est l’opposition. Si lui a une énergie à consacrer dans l’adversité, ce sera contre les Démocrates et pas certainement sur le registre dans lequel on le présente sur les réseaux sociaux. Omer est un vieil ami qu’il connaît très bien. Le connaissant, s’il n’est plus dans son camp aujourd’hui, il le sera demain. Donc, c’est un homme à ménager pour les collaborations prochaines. Il ne veut pas prêter flanc aux élucubrations de certains. Il préfère qu’on lui pose des questions sur comment il se prépare pour battre l’opposition dans sa zone.

Et voilà qui résume toute l’affaire. La sagesse et la maturité politique du député Up-Le Renouveau sont d’autant plus grandes qu’il n’a même pas évoqué les convocations de certains éléments du Br que les réseaux sociaux lui imputent. C’est au niveau du commissariat qu’on a appris que le sieur qu’on présente convoqué par le député n’est rien d’autre que le bourreau d’une pauvre dame sur un montant de 60 mille dans une salle affaire que l’éthique interdit ici de révéler pour ne pas alerter la Criet.

C’est pourquoi l’intéressé lui-même n’a plus voulu que les responsables du Br s’intéressent à son dossier qui allait nécessiter une sanction disciplinaire du parti à son encontre.

Leçon de toute cette affaire, il faut que les responsables politiques fassent preuve de plus de discernement à l’avenir pour ne plus tomber dans les pièges cousus de fil blanc par certains de leurs militants et candidats en mal de publicité et de popularité. Le vrai combat comme l’a d’ailleurs rappelé aux deux blocs, le chef de la Rupture, est bien devant les deux : les adversaires de la Rupture et du nouveau départ.

Lâchons donc les baskets à l’honorable député Florentin Tchaou.

Aboubakar TAKOU

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR