Politique

Tournée nationale du chef de l’État dans les communes : Les grandes leçons à en tirer

Le Ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, Alain Orounla, était sur le grand plateau de l’Ortb. Cependant, il a donné les grandes lignes que l’on peut tirer de la tournée du chef de l’État à travers toutes les communes parcourues. Une tournée qui a pris fin le vendredi 15 janvier 2021 dernier.

Les grandes lignes à tirer de cette tournée ont été présentées par le ministre porte-parole du gouvernement. Ci-dessous quelques propos de son intervention sur l’la chaîne nationale Ortb.

« Le gouvernement n’est pas resté sans contact avec nos compatriotes. Il y a un canal de communication qui s’est établi de différentes manières depuis près de cinq ans ; et ce contact a été renforcé à travers cette tournée entamée par le Chef de l’État. »

« Les populations ont réclamé depuis 2016, la présence assidue du Chef de l’État sur le terrain, ce qui leur a un peu manqué. Cette présence, il n’en a pas fait économie, pas parce qu’il ne voulait pas communier avec ses populations. D’ailleurs, sa tournée dans les 77 communes que compte le pays a démontré que c’est un homme de contact et de terrain. »

« Le Président de la République s’est engagé dans un pari ambitieux pour notre pays ; un pari qui l’a maintenu au travail nuit et jour avec un Programme d’Actions du Gouvernement savamment élaboré, et dont il s’est d’ailleurs employé au quotidien. Il avait tout simplement la tête dans le guidon. »

« L’un des objectifs de la tournée, c’est de faire le tour du propriétaire. Par voie aérienne, ça facilite sans doute la traversée, mais ça ne permet pas d’être véritablement au contact des localités. Le Chef de l’État au-delà du point régulier et juste qui lui est fait sur l’évolution des chantiers, a voulu être au contact des choses et toucher du doigt, le niveau d’avancement de ces nombreux travaux qui changent le visage de notre Bénin si cher à nous tous. »

« Il a dû se résigner à faire l’économie de ces contacts réguliers qu’il a eus pendant qu’il était encore candidat, puisqu’il a parcouru tout le pays. Après un peu plus de quatre ans de mise en œuvre du programme judicieusement proposé aux béninois, le temps est venu pour lui, de sacrifier à cet exercice qui est devenu un plaisir, aussi bien pour le Président de la République, pour ses collaborateurs, que pour les compatriotes rencontrés sur le terrain. »

« Il a fallu cette tournée pour remarquer que certains de nos compatriotes sont coupés les uns des autres, ou sont obligés d’avaler des grammes de poussière, avant de rallier des localités voisines, à peine distantes de quarante à cinquante kilomètres. »

« L’autre chose, c’est que la tournée a permis au Président de la République d’être édifié davantage au-delà des informations précises qui lui parviennent, et au-delà de la connaissance qu’il a du terrain. »

« Il a fallu cette tournée pour remarquer que certains de nos compatriotes sont coupés les uns des autres, ou sont obligés d’avaler des grammes de poussière, avant de rallier des localités voisines, à peine distantes de quarante à cinquante kilomètres. »

« L’un des enseignements de cette tournée à laquelle nous avons participé avec bonheur, c’est de découvrir qu’en dépit des efforts qui sont faits, il y a encore des localités qui ne sont pas bien desservies. Il a fallu cette tournée par voie terrestre pour réaliser par exemple que certaines des grandes communes de notre pays sont reliées par des pistes difficilement praticables, sinon péniblement praticables »*

« L’autre chose, c’est que la tournée a permis au Président de la République d’être édifié davantage au-delà des informations précises qui lui parviennent, et au-delà de la connaissance qu’il a du terrain »*

« Le président de la République est arrivé au pouvoir au moment où, tout ou presque tout était à reconstruire. L’eau manquait, l’école était à terre, l’hôpital pareil.  Aujourd’hui le courant est disponible pour la consommation domestique et industrielle, les efforts sont faits pour que nous soyons premiers en matière de coton ; des efforts qui sont faits pour qu’on passe de 40% de couverture en eau pour passer à 70% aujourd’hui, et dans deux ans nous serons à 100% »*

« Le Chef de l’Etat a salué le peuple béninois qui a accepté faire le sacrifice afin qu’ensemble, nous vaincrons ce qui hier, était perçu comme une fatalité ; c’est un fait, ce n’est pas du triomphalisme que de le dire. »

Christ-paterne HOUNHOUENOU

Articles Similaires

Recrudescence d’actes impudiques : Sacca Lafia met fin aux désordres

Le Béninois Libéré

C’est fini ! Souwi a fumé… Il nous a vendus : Il a bradé Amoussou À 15 Francs

Aboubakar Takou

Partenariat Bénin-Maryland : Oswald HOMEKY met déjà les bouchées doubles

Geoffroy Togouan

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.