Le Béninois Libéré
Image default
Société

Tournée gouvernementale sur la cherté de la vie : Les précisions de Adambi

« … ce gouvernement n’est pas un gouvernement qui se met en campagne tout le temps, tous azimuts. Non, ce n’est pas ça. Ce n’est pas notre propre… On n’est pas là pour ça. Si c’est la campagne, on va laisser les députés faire leur campagne. Ce n’est pas le gouvernement qui allait prendre le devant pour ça. Ici, c’est le gouvernement. C’est un exercice que nous voulons faire pour expliquer parce que la situation que nous traversons aujourd’hui, que le monde traverse et dont le Bénin n’est pas épargné nécessite, que nous puissions faire une tournée comme celle-là. »

A confié le ministre Samou Adambi aux confrères de Arzèkè Fm de Parakou. Des propos qui viennent éclairer ceux qui se perdaient dans de fausses considérations à propos de la Tournée gouvernementale sur la cherté de la vie qui démarre ce jeudi 12 mai pour prendre fin le 19 mai prochain.

Il s’agit donc pour le gouvernement d’aller au contact des populations pour expliquer la situation et écouter aussi « les populations pour voir en fait ce qu’il y a à corriger pour pouvoir avoir de meilleurs résultats par rapport à tout ce que nous faisons. » Réellement, le gouvernement entend faire de cette tournée, une descente constructive faite d’échanges fraternels et gagnant-gagnant. Oui, une tournée gouvernementale pédagogique plutôt que électoraliste. C’est ce devoir qui appelle donc les ministres du gouvernement Talon qui seront accompagnés des députés de chaque région sans oublier les élus locaux qui seront aussi de la partie.

En définitive, c’est une tournée bien pensée pour que les fruits puissent davantage contribuera à soulager les peines des populations.

Les propos du ministre Adambi

« Le gouvernement a donc prévu aller au contact des populations pour pouvoir expliquer de fond en comble la situation que traverse notre pays qui n’est pas une situation singulière, propre à notre pays seulement. C’est une situation qui est générale. Mais par respect pour nos compatriotes, le chef de l’Etat a quand même demandé à ce que le gouvernement aille au contact pour leur expliquer clairement elles raisons qui aujourd’hui nous ont conduit dans cette situation. Donc, les membres du gouvernement, les cadres qui connaissent le dossier accompagnés des maires, des députés, nous allons faire le tour de toutes les communes du Bénin, pour expliquer et écouter aussi nos compatriotes. Pas seulement pour leur parler, nous allons les écouter aussi parce que des mesures ont été prises depuis 2021.

Les effets de ces mesures, nous allons échanger dessus avec les populations pour voir en fait ce qu’il y a à corriger pour pouvoir avoir de meilleurs résultats par rapport à tout ce que nous faisons. Ce que nous allons continuer à faire parce que la situation est là. Elle est là et elle continue de s’aggraver à travers le monde. En Ukraine, en Russie d’où nous avons l’essentiel de ce que nous importons. Que ça soit donc l’huile, que ça soit l’engrais et autres. La guerre continue. La fin de cette situation n’est pas pour demain. Donc, il est quand même important qu’on puisse échanger avec nos populations même si des dispositions ont été déjà prises par rapport à ces produits que je viens de citer pour que notre pays puisse continuer produire à produire et faire face à demande intérieure d’abord en ce qui concerne les produits vivriers. Donc, essentiellement, c’est ce que nous allons entamer à partir du jeudi prochain sur l’ensemble du territoire national.

En ce qui concerne le Borgou, nous allons faire le tour des huit communes avec ces délégations avec les ministres du Borgou, les députés. Chaque maire et son conseil communal vont nous accueillir. Nous allons échanger avec les opérateurs économiques, les artisans, les organisations de la société civile, tout ce beau monde, toutes les couches socio-professionnelles, nous allons les réunir pour échanger pour que chacun puisse comprendre la situation que nous traversons. On leur explique de fond en comble ce que nous traversons, on leur explique les mesures qui ont été prises domaine par domaine, produit par produit. Nous allons leur expliquer que le gouvernement n’est pas resté les bras croisés et que nous souffrons autant que nos populations.

Il est quand même normal que nous puissions venir vers elles pour leur témoigner notre compassion par rapport à la situation. Certes, elles mondiale mais on ne connait que ce qui se passe dans notre pays. Il est donc de notre devoir de faire cette tournée pour aller commune par commune. Et par la suite, le relais sera pris par les mes maires et leurs conseils communaux au niveau des arrondissements pour expliquer davantage tout en continuant par apporter d’autres mesures pour soulager les peines des populations. Il faut expliquer. C’est normal dire à nos mandats ce que nous faisons.

Les élections sont encore très loin. Et ce gouvernement n’est pas un gouvernement qui se met en campagne tout le temps, tous azimuts. Non, ce n’est pas ça. Ce n’est pas notre propre. Vous savez bien que c’est à un mois ou un mois et demi au plus que nous entrons en campagne. On n’est pas là pour ça. Si c’est la campagne, on va laisser les députés faire leur campagne. Ce n’est pas le gouvernement qui allait prendre le devant pour ça.

Ici, c’est le gouvernement. C’est un exercice que nous voulons faire pour expliquer parce que la situation que nous traversons aujourd’hui, que le monde traverse et dont le Bénin n’est pas épargné nécessite, que nous puissions faire une tournée comme celle-là. Vous savez que ce n’est pas notre propre mais nous avons décidé, chacun dans sa région d’origine puisse aller au contact de ses parents pour expliquer ce qui se passe et qu’est-ce que nous avons fait pour atténuer les souffrances de nos populations. »

Transcription: Le Béninois Libéré

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR