Le Béninois Libéré
Image default
Société

Surenchère dans la vente du ciment : Plusieurs dépôts déjà fermés dans l’Ouémé Plateau

Pour spéculation sur le prix du ciment, une vingtaine de dépôts de ciment ont été fermés et amendés le mercredi 23 mars 2022 dans les départements de l’Ouémé et du Plateau. Ils ont été fermés suite à une opération de contrôle effectuée par la direction départementale de l’industrie et du commerce Ouémé/Plateau.

Afin d’épargner la population de la spéculation autour du prix du ciment, la direction départementale de l’industrie et du commerce Ouémé/Plateau, a démarré une opération de contrôle depuis quelques semaines. Au cours de cette opération, de nombreux commerçants véreux spécialisés dans la spéculation sur le prix de leur marchandise ont vu leurs magasins fermés. Ainsi, dans les départements de l’Ouémé et du Plateau, une vingtaine de dépôts de ciment ont été fermés et amendés.

Selon Apollinaire Togbadji, directeur départemental de l’industrie et du commerce, ses éléments sont à pied d’œuvre tous les jours, pour défendre l’intérêt de la population. Ainsi, un camion chargé de 40 tonnes de ciment a été arraisonné ce mercredi 23 mars 2022 au carrefour Agatha, situé entre Porto-Novo et Adjarra, quand il livrait ses marchandises à 87.000 francs CFA la tonne. Le promoteur du magasin agréé à qui est destinée cette cargaison de ciment, a été interpellé et écouté. De son intervention, il a été noté un détournement  du camion, dans le but de nourrir un circuit parallèle de vente spéculée. Face à cette situation, la direction de l’industrie et du commerce Ouémé/Plateau  a décidé d’arraisonner la marchandise. Alors, l’équipe de la direction a assisté le promoteur du magasin dans la vente du produit au prix règlementaire jusqu’à épuisement des 40 tonnes. Les fonds de vente ont été récupérés par le promoteur. Cependant, il a été amendé tout comme les autres spéculateurs épinglés. Apollinaire Togbadji trouve que les dépôts n’ont aucune raison d’augmenter le prix de vente du ciment. «  Si le prix à l’usine n’a pas évolué, le coût de vente ne saurait véritablement changé. »

Brunelle TCHOBO (stag)

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR