Image default
Politique

Suivi rigoureux des socles du Pag/Abt pour la seconde fois à Glo-Djigbé (GDIZ): Les recommandations du ministre d’Etat

Constater l’état d’avancement des travaux de la  première phase qui occupe 333 ha des 1620 ha de cette zone, avoir le point des ayant déjà signé avec la Société d’Investissement et de Promotion de l’industrie (SIPI Bénin SA) pour installer leurs unités de production et faire une visite du site  en chantier. Ce sont les raisons de la deuxième visite de la zone économique spéciale de Glo-Gjigbé, par le ministre d’Etat chargé du Développement et de la coordination de l’action gouvernementale, Abdoulaye Bio Tchané, ce jeudi 25 novembre 2021.

Une descente du ministre d’Etat Bio Tchané qui démontre que  le gouvernement du président Patrice Talon démontre chaque jour son attention et son intérêt à l’aboutissement de la Zone économique spéciale de Glo-Djigbé (GDIZ) qui ambitionne d’être un hub industriel en Afrique de l’Ouest et assurer la transformation des produits agricoles locaux notamment le cajou, le coton, le karité, l’ananas, le soja, le bois, etc…

Accueilli par les principaux responsables de la GDIZ, le ministre d’Etat a été conduit de la salle de conférence où une présentation appuyée de projection de ce qui se fait comme travaux et investissements mobilisées, lui a été faite. Prenant la parole, le  Directeur général de l’Apiex, Laurent Gangbès, a évoqué les entreprises qui ont déjà adhérer au projet en cours et surtout appesanti sur les facilités accordées aux entreprises et autres diligences en cours pour plus de mobilisation d’investissements et d’attractivité de la zone afin de faire venir encore d’investissements en dehors de ceux qui ont déjà pris leur quartier au niveau d la GDIZ.

Pour sa part, Létondji Béhéton, Directeur général de la Société d’Investissement et de Promotion de l’industrie (SIPI-BENIN SA.) a fait cas des 14 entreprises qui ont déjà signé avec la Société d’Investissement et de Promotion de l’industrie (SIPI Bénin SA) comme Nap Sarl, Syrrius, Porteo Sa, Nks Et Group Aigle et dont le montant d’investissement s’élève à 134 milliard FCFA.

Mieux, des rencontres d’échanges se poursuivent pour permettre à d’autres entreprises de s’installer aussi car les facilités qu’offre la zone économique encouragent les investisseurs à s’y intéresser et à se décider à désormais investir au Bénin, a assuré le DG Apiex, Laurent Gangbès. Ce dernier n’a pas occulté le côté attractif de la GDIZ comme les facilités qu’accorde la zone économique aux investisseurs telles que l’énergie, l’eau et la fibre optique déjà disponibles sur le site. Quant au guichet unique, les travaux sont en cours de finalisation. De quoi attirer plus d’investisseurs.

Satisfaction et exhortations du ministre d’Etat

Après avoir suivi les présentations qui ont été faites, le ministre d’Etat chargé du Développement et de la coordination de l’action gouvernementale, Abdoulaye Bio Tchané, s’est dit satisfait de l’évolution des travaux et des belles perspectives que réserve la GDIZ. Même appréciation du ministre d’Etat Bio Tchané lors de la visite guidée du site au cours de laquelle les différents travaux en cours lui ont été présentés et expliqués. Il a encouragé la SIPI et l’APIEX à aller plus vite dans les travaux et surtout à œuvrer davantage pour plus d’investisseurs et d’entreprises. Enfin, il a eu à lancer un appel  afin que les investisseurs viennent s’installer dans la zone qu’ils soient étrangers ou béninois.

« …Deux après, je peux dire qu’il y a beaucoup de progrès… Je crois qu’il y a un signal positif qu’il faut retenir. La zone est attractive. Il y a des entreprises étrangères qui viennent, qui se signalent. ce qu’il faut demander aux entreprises nationales qui sont déjà ici, qui sont déjà installées, qu’elles soient détenues par des nationaux béninois ou des étrangers, c’est de s’intéresser à la zone…Ce que je demande aux gros investisseurs béninois, aux grandes entreprises béninoises qui sont ici et qui peuvent opérer ici, c’est de s’intéresser à la zone. De voir comment elles aussi peuvent prendre une part plus importante dans ce qui est en train de se construire comme une des zones les plus importantes de l’Afrique de l’Ouest. » A affirmé le ministre d’Etat Bi Tchané.

Véritablement une nouvelle dynamique est en marche avec la GDIZ qui par promotion de l’économie béninoise avec des mesures incitatives fiscales, douanières et des facilités d’installation et une procédure administrative et des infrastructures, deviendra à coup sûr un hub industriel en Afrique de l’Ouest.

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR