Le Béninois Libéré
Image default
Société

Sorcellerie en 3D au Bénin : La triste histoire du professeur qui a tué son étudiant le jour de sa soutenance

Qui vivra verra, dit-on. Le prêtre dira qu’il est fort le mystère de la foi ; en vérité, il est aussi très fort le mystère de la sorcellerie au Bénin. Elle passe maintenant en 3D à une vitesse d’exécution incroyable. Et l’histoire de cet étudiant tué le jour même, de sa soutenance en dit long.

Ce n’est pas téméraire de dire que quand quelqu’un commence par réussir dans la vie, il n’échappe pas au mauvais œil en famille. L’étudiant dont il s’agit est un jeune fonctionnaire de l’État très brillant qui officiait ans une mairie. Impeccable dans son service, il est devenu l’animal à abattre pour ses collègues jaloux qui n’ont hésité à le << gbasser >>. Dans sa famille, n’en parlons même pas, c’est le summum.
Alors, pour monter en grade dans son service, le jeune homme a décidé de poursuivre ses études pour avoir son master. Après avoir fini ses études sans anicroche et loin des mauvais yeux, il ne lui reste que la soutenance. Malheureusement pour lui, le jour de sa soutenance en master, les radars 3D des sorciers béninois ont fini par le localiser. Et c’est son propre maître de mémoire qu’ils ont utilisé pour établir la connexion avec eux.

C’est un grand jour, tous les invités sont déjà présents dans la salle de soutenance en attendant l’impétrant. Quand celui-ci est arrivé sur les lieux, il fait le constat que la voiture de son maître mémoire est mal garée et pourrait bloquer le passage aux passants. Alors, comme téléguidé par les mains invisibles des Minôn Nan, l’impétrant va voir son maître de mémoire déjà assis dans la salle afin qu’il repositionne sa voiture. Les deux quittent ensemble la salle pour se rendre vers la voiture. Sur les lieux, le jeune est resté derrière le véhicule pour guider à son maître de mémoire pendant les manœuvres.

En faisant la marche arrière, le professeur a cogné avec fracas l’impétrant. Automatiquement, le maître mémoire s’est empressé de le conduire à l’hôpital, mais sur la route de l’hôpital le mourant lui a confié ses dernières volontés avant de rendre l’âme. << Professeur, ce n’est pas de votre faute ! Ce sont les gens de mon village, de mon boulot qui sont entrés en vous et en moi. Sinon votre voiture, j’aurai pu la laisser là où elle est. Mais c’est moi-même qui suis venu vous voir pour vous demander de venir l’enlever. Ils sont donc entrés en vous pour que vous me cogniez pour que je n’aie pas ce diplôme. Prenez bien soin de ma femme et de mes enfants >>, a déclaré l’étudiant avant de décéder.
Voilà les tristes réalités de la sorcellerie au Bénin. Ce n’est pas étonnant que malgré tous les efforts de Patrice Talon rien ne marche et ne bouge dans le pays.

Nel Charbel KOFFI

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR