Le Béninois Libéré
Image default
Politique

Résultats provisoires des législatives 2023 : Ce que dit le président Jacques Ayadji

Quelques heures après la proclamation des grandes tendances provisoires par la Commission électorale nationale autonome (Cena) du scrutin législatif de 2023, le président du parti Moele-Bénin, Jacques Ayadji, a adressé un message de félicitations à ses militants et sympathisants. À travers ce message, il a remercié ceux qui ont accepté leur accordé leur suffrage et ceux ayant la volonté mais n’ayant pas pu le faire. Néanmoins, il a tiré trois grandes conclusions.

(Lire l’intégralité de son message)

Militantes, militants, sympathisantes, sympathisants de MOELE-BENIN

Notre parti politique vient de faire sa première expérience de participation à une élection. Il s’agit des élections législatives du 8 janvier 2023 dont la CENA a donné ce jour les grandes tendances qui nous classent cinquième force politique du Bénin . Ceci n’est qu’un rang car dans mes propos je veux aller au-delà.
A MOELE-BENIN, nous sommes restés attachés à l’idéal que véhiculent notre devise ( Vérité-Travail – Patrie) et notre hymne ( Appel à la Nation ) et c’est heureux car l’Homme de qualité dont notre pays a besoin, c’est celui qui reste sur la trajectoire qu’il s’est tracée et qu’il n’a de cesse de partager avec le peuple même si ce dernier, après l’avoir adoptée, s’en écarte subitement au moment même où il faut y apposer l’empreinte de son adhésion affichée des mois durant.
Oui chers militantes et militants, c’est bien ce qui s’est passé et nous en connaissons les raisons.
Mais faut-il pour cela renoncer au combat politique et à ce corps à corps avec le peuple nécessaire à son épanouissement et pour sa libération des pratiques avilissantes ?
Non et absolument non .
C’est le moment de rendre un hommage mérité à ces 56507 compatriotes qui ont refusé de vendre leurs consciences , leur pouvoir, pour des broutilles de l’instant. Je n’oublie pas ces milliers de compatriotes voulant voter pour nous et qui n’ont pas pu le faire parce que n’ayant pas retrouvé leurs noms sur les listes électorales. À tout ce monde porté par un élan d’honnêteté et de sincérité , je dis un grand merci.
Chers camarades, cette competition électorale fut un parcours du combattant mais nous l’avons fait et je m’en réjouis personnellement. Je m’en réjouis car c’est une expérience : expérience des Hommes et expérience des choses.
Si l’expérience n’est pas ce qui arrive à un Homme mais ce que l’Homme fait de ce qui lui arrive, je puis vous dire que les leçons à tirer de notre participation à cette élection restent ce qu’il y a de plus important aujourd’hui. Trois questions me viennent à l’esprit :

  1. Qu’avons-nous fait de notre mobilisation en interne? Les échanges sur nos différents forums, dans nos coordonnations à la base et dans les instances supérieures sont certes édifiants mais je laisse chacun répondre à cette question selon sa conscience.
  2. Qu’avons-nous fait au nom du parti sur le terrain ? Mon parcours a fait que je n’ai de cesse de vous entretenir sur ma vision du militantisme. Nous voilà à une étape d’évaluation de la prise en compte de ces partages. Vous avez certainement donné le meilleur de vous-mêmes mais les vieilles habitudes électorales caractéristiques d’une classe politique qui n’a d’ambition et de convictions que pour elle-même au détriment du peuple, vieilles habitudes disais-je, ont eu raison de vos efforts de jeunes engagés politiques accrochés à la vérité et aux valeurs et déterminés à leur ancrage au sein du peuple.
  3. Quelle image nous renvoie notre peuple ? C’est un peuple qui sait certes s’exprimer dans les urnes mais il semble toujours le faire plus dans l’émotion et dans la vente aux enchères de son suffrage que dans une analyse politique objective. Il demeure donc un peuple plus émotif qu’analyste et ce comportement n’est pas de nature à faire une bonne lecture et une bonne appréciation des projets de législature ou même de mandature. C’est là une grande difficulté pour tout engagement politique basé sur la vérité et les valeurs. Or sans la vérité et les valeurs aucun progrès durable n’est possible.
    C’est vous dire que nous avons encore du pain sur la planche d’autant que la plupart des leaders politiques ne sont pas prêts à rompre avec ces pratiques qui infantilisent et avilissent le peuple en même temps qu’elles compromettent le développement où l’Homme a une place de choix . Au Bénin, nous sommes restés ce que nous sommes . Mais devons-nous rester ce que nous sommes et espérer bâtir un modèle démocratique et un modèle de développement qui nous rendront fiers de nous-mêmes ? La réponse est assurément à trouver par chaque béninoise et par chaque béninois.
    Pour ma part, l’expérience valait la peine d’être faite et je suis prêt à continuer le combat pour apprendre encore car la seule source de connaissance reste encore l’expérience nous dit Albert Einstein .
    « Nulle pierre ne peut être polie sans friction, nul Homme ne peut parfaire son expérience sans épreuve » nous apprend un adage. Voilà ce qui doit désormais être notre conviction.

Merci encore aux 56507 Beninois qui ont fait le choix de notre liste. Avec eux nous continuerons à dire non aux pratiques qui infantilisent et avilissent nos populations à toutes les échéances électorales. Mourir pour ses convictions fait de vous un héros. Galilée n’en est-il pas une parfaite illustration? Travaillons donc à être des héros pour que demain témoigne pour nous. La qualité finira par drainer la quantité et c’est le Bénin qui y gagnera. Martyrs d’aujourd’hui, héros de demain.
Dans la vérité nous travaillons pour la patrie.
Je vous remercie.

Cotonou, le 11 janvier 2023.
O. H. S. Jacques AYADJI

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR