Le Béninois Libéré
Image default
Benin

Rentrée Scolaire 2022-2023 apaisée : Les syndicalistes au secours des Enseignants

C’est la Bourse du Travail qui a servi de cadre ce Vendredi 02 Septembre au premier Conseil syndical et à la rentrée syndicale 2022-2023 de la Fédération des Syndicats de l’Education Nationale affiliés à la Confédération des Syndicats Autonomes du Bénin (FédeSEN-CSA-Bénin). La question d’une rentrée scolaire apaisée était au cœur des échanges. Après avoir procédé au bilan de l’année scolaire et académique écoulée, les participants ont fait des projections sur l’année scolaire 2022-2023. Ainsi à quelques jours de cette rentrée, le FédeSEN-CSA-Bénin pose onze (11) conditions afin d’obtenir une rentrée apaisée. 

Mariette DOMINGO

L’intégralité de la déclaration est à retrouver ci- dessous :

CONFEDERATION DES SYNDICATS AUTONOMES DU BENIN

Fédération des Syndicats de l’Education Nationale (FédéSEN)

Cotonou, le 02 Septembre 2022

Dans dix-sept jours, c’est à dire le 19 Septembre 2022, les portes des écoles, collèges, lycées et universités publiques et privées seront désormais rouvertes, normalement, ces moments dans un pays, sont des événements de grande joie d’enthousiasme, d’un bonheur retrouvé. Mais, la situation professionnelle et l’état d’âme des acteurs de notre système éducatif n’est pas de nature à assurer une rentrée scolaire et universitaire gaie et paisible.

La Fédération Des Syndicats de l’Education Nationale affiliés à la Confédération des Syndicats Autonomes du Bénin (FédeSEN-CSA-Bénin) s’est réunie ce jour vendredi 02 septembre 2022 comme il est de son devoir   de faire le bilan de l’année scolaire et académique écoulée et aussi  faire les projections pour celle à venir.

L’année scolaire et académique 2021-2022 s’est déroulée dans une paix apparente, mais beaucoup d’observateurs ignorent encore les frustrations, les déceptions que subissent quotidiennement les enseignants et autres acteurs de notre système éducatif.

Voici quelques situations qui nous désolent encore :

– le nom respect des nombreux engagements pris depuis des années

– les réformes imposées sans un minimum de concertation en amont  avec les travailleurs.

– le retard ou du moins  le blocage carrément de la parution des actes administratifs.

– l’absence de soutien et d’accompagnement  aux écoles et universités privées.

Face à ces difficultés, les enseignants ont élevé leur niveau de patriotisme et ont mis au premier plan l’intérêt supérieur de la nation et l’avenir des apprenants pour travailler d’arrache-pied et produire ces résultats reluisants que nous ne voudrons pas rappeler ici.

Pour maintenir, voire améliorer ces résultats, le Gouvernement doit dans un délai raisonnable satisfaire ces revendications qui ne nécessitent pas toutes des moyens financiers mais jusque améliorer la qualité du dialogue social, voici quelques une des plus urgentes :

– le paiement des primes de publication aux enseignants de l’Université d’Abomey-Calavi et de l’Université de Parakou avant octobre 2022 afin de permettre à ceux qui iront à la retraite d’entrer dans leurs droits sans d’autres formalités administratives;

– le lancement effectif de la plateforme des aspirants et le recrutement effectif des Assistants avant la rentrée universitaire 2022-2023 ;

– une meilleure prise en compte des recherches dans la politique globale du pays;

– le retour en formation des Professeurs Adjoints de la promotion 2008 et la formation initiale des promotions 2012, 2014 et  2017 de l’Enseignement Secondaire et de la Formation Technique et professionnelle;

– la création du corps des administratifs des lycées et collèges;

– l’accélération de la  construction et l’équipement des lycées techniques et le renforcement des capacités d’accueil des lycées et collèges d’enseignement général;

– la dotation des Ecoles Maternelles d’équipements adéquats et le recrutement de personnel de soutien que sont les éducateurs;

– la création du corps de contrôle et d’encadrement de l’enseignement maternel;

– la relecture de l’arrêté d’organisation du CAFCP afin de permettre à tous les ACDPE de postuler au dit concours;

– le versement d’au moins de la moitié des subventions de l’État au profit des écoles avant la rentrée des classes;

– la mise en formation de mise à niveau des formateurs d’ENI conformément à l’article 52 de décret n°593 du 21 novembre 2015 portant statut particulier  des enseignants du premier degré.

La Fédération Des Syndicats de l’Education Nationale affiliés à la Confédération des Syndicats Autonomes (FédeSEN-CSA-Bénin) fait toujours montre de bonne foi et priorise le dialogue sincère. Mais notre attitude pourrait être inefficace si en face le Gouvernement pose des actes dans le sens de   démotiver les enseignants.

Par cette déclaration, La Fédération Des Syndicats de l’Education Nationale affiliés à la Confédération des Syndicats Autonomes (FédeSEN-CSA-Bénin) joue sa partition et appelle les autres acteurs à faire de même afin de garantir à l’école béninoise un environnement, où apprenants, parents, promoteurs d’écoles et d’universités privées, enseignants s’épanouissent.

Vive la Confédération des Syndicats Autonomes du Bénin (CSA BÉNIN)

Vive la Fédération des Syndicats de l’Education Nationale de la CSA BÉNIN

Vive l’école béninoise

Bonne rentrée 2022-2023 à tous les acteurs de notre système éducatif

Je vous remercie…

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR