Le Béninois Libéré
Image default
Société

Rencontre Gouvernement-partenaires sociaux : Les bonnes nouvelles reçues par les travailleurs

(L’intégralité du compte-rendu de la séance)

La revalorisation des salaires annoncée depuis la campagne présidentielle de 2021, est finalement en train de prendre corps. Le président de la république Patrice Talon s’est entretenu ce mardi 06 décembre 2022 avec les partenaires sociaux et le patronat au palais de la Marina. Objectif, parler de la revalorisation des salaires avant toute décision du conseil des ministres.

« Nous nous étions promis de nous voir en novembre mais le temps qu’on s’est donné pour rendre la copie, n’a pas suffi mais mieux vaut tard que jamais. Nous pouvons vous rassurer que notre situation globale ne nous mettrait pas en difficulté durablement », a rassuré Patrice Talon à l’entame de cette rencontre.
Selon le premier citoyen béninois, «… il est tout à fait normal que dans l’assiette pour la répartition des ressources publiques, nous tenions compte de ce qu’il faut faire pour améliorer le quotidien de chacun sans renoncer à ce qui concerne notre vie à nous tous et qui détermine notre évolution et la sortie de la pauvreté. »
À l’issue des trois heures d’échanges, il est à noter : une hausse uniforme du point indiciaire de tous les travailleurs de 3%. Les retraités bénéficieront de 80% de ce relèvement suivant les textes en vigueur, un sursalaire détaché du point indiciaire et défini en quatre tranches variant entre 40.000 Fcfa et 10.000 Fcfa, l’augmentation du SMIG de 40.000 à 52.000 Fcfa à compter du 1er janvier 2023, trois mesures sur la situation des AME, et la hiérarchisation des salaires après l’augmentation du SMIG où un consensus n’a pas été trouvé.
En effet, en ce qui concerne les Aspirants aux Métiers de l’Enseignant (Ame), la durée de leur contrat passe désormais de 9 à 11 mois soit 10 mois de salaire au complet et 50% du salaire des mois de juillet et Août avec des séances de renforcement des capacités.
Après 3 ans d’ancienneté, les aspirants pourront devenir des Agents Contractuels de l’État s’ils réussissent à l’évaluation à laquelle ils seront soumis.
Cette rencontre tenue avec les partenaires sociaux élargie au patronat béninois a également abordé d’autres secteurs d’activités. Le Jeudi 8 décembre au Palais des gouverneurs, le chef de l’Etat donnera des précisions aux travailleurs dans son discours sur l’état de la Nation devant les députés de la 8è législature mais avant, les propositions présentées aux partenaires sociaux seront étudiées au conseil des ministres.

Gloria AKOAKOU

(L’intégralité du compte-rendu de la séance)

Compte rendu de la séance entre le gouvernement, les employeurs et les centrales et confédération syndicale des travailleurs

Sur convocation du gouvernement, la séance entre les centrales et confédérations syndicales, le patronat avec le chef de l’état a effectivement eu lieu ce mardi 6 décembre 2022 a la présidence de la république a 17h.
Étaient présents

  • Les secrétaires généraux des trois centrales et confédérations représentatives (CSTB, CSA-BENIN, COSI) accompagné chacun d’un membre de leur bureau.
  • Les présidents du CNP- BENIN et du CONEB.
  • Le président de la république entouré des ministres des Finances, du développement, de la santé de la justice et du travail. II y avait aussi quelques membres de cabinet de président de la république et la direction générale du travail.

Le point principal à l’ordre du jour est: La revalorisation des salaires des travailleurs de la fonction publique.

La séance s’est déroulé sous la présidence effective du chef de l’Etat.
A l’ouverture de la séance, le président de la République a expliqué que le temps d’analyser et des projections de la situation n’ont pas permis de respecter l’échéance de novembre mais mieux vaut tard que jamais. Il a rappelé que les propositions que présenteront le ministre des finances sont sous réserve de validation par le conseil des ministres mais a pris l’engagement de les défendre personnellement au cours du dit conseils.
Il a ensuite donné la parole au ministre de travail qui a rappelé que cette séance fait suite à celle du 26 avril consacré au relèvement du SMIG, la situation des AME et la la Hiérarchisation des salaires

La parole fut ensuite donné au ministre des finances pour exposer les résultats des travaux sur le sujet principal qu’est la revalorisation des salaires de la fonction publique.
Deux mesures sont proposés pour débat avec les partenaires sociaux avant la validation en conseil des ministres du mercredi 7 décembre.

1- une hausse uniforme du point indiciaire de tous les travailleurs de 3%. Les retraités bénéficieront de 80% de ce relèvement suivant les textes en vigueur.

2- un sursalaire détaché du point indiciaire et défini en quatre tranches

40000F/mois pour les salaires inférieurs a 100.000f

35000F/ mois pour les salaires compris entre 100.000f et 200.000f

30.000 F/mois pour les salaires entre 200.000f et 500.000f.

10.000f pour les salaires entre 500.000f et 700.000f

Les taux d’augmentation varient entre 3% et 66% selon le ministre des finances qui a argumenté avec quelques simulations des cas réels avant de rappeler que ces chiffres seront validés en conseil des ministres demain.

Les représentations des travailleurs pour la plupart ont remercié le gouvernement avant de faire savoir que ces augmentations ne sont pas a la hauteur de la hausses des prix des produits dans le pays. Ils demandent alors au gouvernement de faire un effort de plus.
Les débats sur ce sujet ont été conclus sur la proposition du gouvernement.
Les représentants des travailleurs ont ensuite demandé au gouvernement la date d’effet en précisant que le sujet est annoncé depuis janvier 2022 et qu’il faut un effet rétroactif en 2022.
Le gouvernement a donné la date du 1er janvier 2023 pour date d’effet. Mais sur insistance des représentants des travailleurs, le président de la république a laissé une ouverture sur le sujet en précisant que le conseil des ministres verra comment faire des efforts dans ce sens compte tenue de la bonne ambiance entre les partenaires sociaux au cours de la séance

Les autres questions ont été ensuite débatus

  • l’augmentation du SMIG
    Le SMiG sera augmenté de 40000 a 52000 a compter du 1er janvier 2023 et tous les employeurs devront obligatoirement faire une assurance santé a leur travailleurs.
  • Situation des AME.
    3 Mesures ont été retenues.

1- poursuivre l’augmentation du nombre du mois de salaire en passant a 11mois sur 12, soit 10 mois de salaire au complet et 50% du salaire des mois de juillet et Août avec des séances de renforcement des capacités.

2- Augmenter l’effectif afin de couvrir le besoin.

3- A partir de 2023, les AME pourraient être reversés en ACE après trois ans d’ancienneté et un test d’évaluation.

  • La hiérarchisation des salaires après l’augmentation du SMIG .
    Sur ce sujet, les débats n’ont pas évolué par rapport à la séance du 26 Avril.
    Malgré tous les arguments avancés par les représentants des travailleurs, le président de la république reconnais que les syndicats ont raison être que des efforts soient faits dans ce sens. L’état plaidera pour que les employeurs du privé fasse un effort mais ne peut pas le leur imposer.
    Ce la concerne aussi les parapublics Michel ZOHONKON pour la CSA BENIN

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR