Le Béninois Libéré
Image default
Politique

Rencontre des Ccc et Cca avec les responsables de l’Up-Le Renouveau: ON VEUT VENDRE DU VENT À DJOGBÉNOU

C’est pour éradiquer l’escroquerie politique sous toutes ses formes que le président Talon après moult analyses, a décidé de fondre tous ses partisans en deux grands groupes en l’occurrence l’Up devenue l’Up le Renouveau et le Bloc républicain.

Mais comme les vilaines habitudes ont la peau dure, quelques maîtres chanteurs politiques continuent de remuer ciel et terre pour faire croire au chef de l’Etat qu’ils n’ont pas été bien payés et qu’il reste leur devoir des postes parce qu’ils étaient là au départ.

Ils n’ont pas compris que leur machin dont l’ex-rupturien Candide Azannaï avait organisé et dirigé sous la houlette financière de Olivier Boko,  n’existe plus ou n’existe que de nom.

Ainsi, à chaque échéance électorale, il faut que ce groupe de corbeaux politiques sorte des bois pour voir s’il y a de la charogne à ingurgiter.  N’ayant pas pu vendre ce vent au président Bruno Amoussou de son passage à la tête de l’Up,  ils veulent maintenant profiter de la générosité, de la soif du président Djogbénou à unir tout pour lui vendre du vent, ce qui n’existe que de nom.

Poussant le chantage loin, ils ont fini par obtenir du président Djogbénou qu’il les reçoivent ce jour pour qu’il puissent exister dans son calendrier.

Le marché de dupe est prévu pour aujourd’hui. Et d’un homme de paix et d’action comme le président Djogbénou, il est trop éduqué pour leur réserver une fin de non-recevoir. Il est obligé de perdre son temps pour les avaler comme des couleuvres les unes plus grosses que les autres.

Mais ce fameux CCC ou CCA oublie qu’il est une émanation du cerveau de Candide Azannaï qui en détient le titre foncier. En quittant la barque Rupture, Azannaï avait déjà enterré son topo dans les oubliettes de la Rupture.

Mais l’escroquerie politique vient d’exhumer la fabrication du sarcophage pour escroquer le très gentil Joseph Djogbénou. Sinon que le truc n’existe plus que du nom de quelques escrocs qui n’ont plus accès à Olivier Boko pour lui prendre de l’argent.

Mais le fait déjà de rencontrer cette bande aura tout d’une négation des réformes du système partisan. Il faut dorénavant décourager ces genres d’initiatives pour obliger ces habitués à la vie facile de rentrer dans les rangs et ce sera justice.

À suivre !

Aboubakar TAKOU

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR