Le Béninois Libéré
Image default
Politique

Réel développement du Bénin au profit du peuple : RICHARD OUOROU BONI, CE QUI L’OPPOSE OU LE LIE À TALON

Dans ses prises de position, le jeune politologue est un farouche opposant au président Talon. Car, contrairement au libéralisme sauvage qu’il ne cesse de reprocher aux actuels maîtres du Bénin, le Bénino-canadien qui a l’avantage de militer dans le plus grand parti canadien et proche du Premier ministre de ce grand pays, préconise une vision qui promeut l’être.

Pour lui, il ne peut avoir de développement qui n’impacte directement le peuple. On ne saurait donc parler de développement quand tout le peuple se plaint du minimum social et quand le chef de la Rupture dit et croit fermement placer sa gestion du pouvoir sur le social pendant que tout le monde souffre.

Il se pose donc selon les approches de Richard Ouorou Boni un problème d’option. Visiblement, Patrice Talon n’est pas formaté pour le social. Il est dans un libéralisme dur qui devrait cadrer à un contexte d’un pays où le minimum social est déjà garanti. Mais pas pour un peuple qui peine à s’offrir un repas chaud par jour.

Voilà simplement ce qui oppose Richard Ouorou Boni au président Talon: juste une question de choix de politique du gouvernement. Pas plus. Sinon que les deux ont en partage de marquer positivement de leur tête, le Bénin. L’un au pouvoir, donc aux commandes, et l’autre dans le rôle d’éclaireur, de conseiller et de gouvernail pour aider le premier à ne pas perdre de vue sa promesse à sa prise du pouvoir, de faire mieux que ses prédécesseurs.

Ceci est d’autant plus clair que dans les faits, le Bénino-canadien pose des actes qui matérialisent sa vision. En témoigne son programme Top entrepreneurs dans lequel ayant compris que la jeunesse béninoise pose un problème de formation adaptée au contexte mondial de demande sur le marché de l’emploi, a décidé d’en former des milliers.

C’est ainsi que des centaines de nos compatriotes bénéficient de la part d’un homme qui n’est pas au pouvoir, peut-être même, n’en rêve pas, de modules de formation pour devenir des entrepreneurs de grosses factures. Même s’il faut dire que le côté canadien, pragmatique du jeune politologue en est pour beaucoup dans sa démarche, il n’en demeure pas moins vrai qu’il reste au Bénin, le  seul politique qui a choisi d’apprendre à pêcher aux jeunes béninois que de leur fournir du poisson frais le temps d’une campagne électorale.

Ça, même l’actuel président ne l’avait pas fait. Et personne malheureusement avant lui. Voilà qui est Richard Ouorou Boni avec qui j’ai partagé tout au long du week-end écoulé un temps d’échanges qui m’a permis de mieux cerner le politique que je découvre. Car des décennies avant c’était toujours le frère généreux à qui on prenait tout et dont on assimilait parfois la générosité à quelqu’un qui ne réfléchissait pas. Puisqu’il ne savait pas dire non à nos ruses de lui prendre tout quitte à le laisser sans le minimum.

Grossomodo, l’homme n’a réellement pas changé. Il n’a fait que mettre de la méthode dans sa vocation d’aider ses semblables. Au lieu de donner du poisson au grand nombre, il a choisi de leur donner des outils, des aptitudes à la pêche et mieux, la technique pour vendre leurs prises à fin de s’acheter tout le reste, maison, voiture et bonheur.

C’est en définitive l’autre visage plus humain du PAG de l’actuel président. Mais lorsqu’on écoute et on lit les pamphlets du politologue sur les options de la Rupture, pour que peu qu’on soit trop normal et non cartésien, on pense qu’il est contre le président Talon.

Et beaucoup de faucons au gros bec du système limitent leur réflexion à cet instinct grégaire pour ne voir que de l’opposition, la haine dans les éclairages du politologue.

Et même le fait qu’il ait choisi l’hôtel du président Talon, le Novotel pour cadre du premier module de son Top entrepreneurs, n’a pas servi à éclairer l’esprit des faucons à faire le distinguo.

Richard Ouorou Boni n’est pas contre le président Talon. Il est juste trop juste pour gober ses mauvais choix et reste droit sur ses talons quand il s’agit de reconnaître la pertinence de certains projets de Patrice Talon.

À l’analyse, l’on doit à l’évidence de reconnaître simplement que rien n’oppose ces deux hommes si ce n’est la volonté de Richard Boni de voir Patrice Talon réaliser ce qu’il a promis sans se faire avoir par la tendance trop libérale de son côté de développeur patenté qui n’a de rêve que de grosses infrastructures.

Les Terriens et Terriennes férus des options de leur leader Richard Ouorou Boni vous diront simplement que Richard Ouorou Boni est, de point de vue du développement, du Patrice Talon mais en mieux.

Aboubakar TAKOU

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR