Le Béninois Libéré
Image default
Politique

Propos de Claudine Prudencio après sa sortie du Br : La réponse d’un ancien responsable de l’Udbn

Malgré la décision de la présidente de leur ancien parti l’UDBN, Claudine Prudencio, de sortir de la fusion qui avait été actée avec le parti Bloc républicain il y a quelques mois, Abdoul Malik ISSO Opérateur économique et ex-Coordonnateur départemental UDBN Donga et plusieurs autres militants ont décidé de rester au Bloc républicain. « Vous savez que actuellement on parle de système partisan et que les grands partis doivent se regrouper. Je pense que c’est dans cette poursuite que l’UDBN a voulu aller avec le Bloc républicain, c’est pourquoi je suis resté (après le départ de l’Udbn, ndlr)», a dit Abdoul Malik ISSO.
Pour l’opérateur économique et ex-Coordonnateur départemental UDBN Donga, la décision de la présidente n’est appropriée « c’est un comité qui est mis en place pour travailler et si ce comité n’a pas pu bien travailler, après nos rapports qu’on a envoyés à la présidente, je pense qu’on devait nous appeler pour voir ensemble comment faire…nous on était capable de négocier avec le Secrétaire général national Abdoulaye Bio Tchané qui nous a bien reçus. »

L’autre raison qui le renforce dans son choix de rester au Br est la façon dont ils ont été traités par leur ancienne présidente qui sans ménagement les a traité de déchets dont il fallait se débarrasser. « Quand on nous dit qu’on est des déchets, cela me fait rire car le coq ne peut pas vivre sans les plumes et quand on lui enlève toutes les plumes…il est frappé par le vent et tout et c’est la mort qui l’attend ». Ainsi, quand celui pour qui vous avez travaillé ne reconnait pas ce que vous avez fait pour lui et vous traite de déchets à la première occasion quand elle-même est à l’origine du mal dont souffre le parti, il faut vite comprendre que sa place n’est plus là et qu’il faille partir.

Mais dorénavant son choix fait de rester et demeurer au Bloc républicain et parce qu’il a du respect pour son ancienne présidente qui se trouve être encore la présidente du l’INF, Abdoul Malik ISSO après la décision de Claudine Prudencio de participer aux élections législatives, demande à « la présidente, à ma maman de revoir sa copie. Le conseil que je peux donner à ma maman, est que les sous qu’elle va mobiliser pour aller aux législatives de 2023, qu’elle puisse aider nos enfants qui manquent de mobiliers et nos femmes à avoir de l’eau. » Elle aurait fait œuvre utile que de vouloir participer à ces élections dans des conditions pareilles où le parti à pratiquement perdu tous ces militants et ne pourra même pas réunir les 10%.
Arnaud KOUMONDJI

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR