Le Béninois Libéré
Image default
Europe

Production des pizzas de l’usine nordiste Buitoni : Ces horreurs qui ont conduit à l’interdiction


(Ces consommateurs de pizza qui doivent déjà craindre pour leur santé)

Des inspections « ont mis en évidence un niveau dégradé de la maîtrise de l’hygiène alimentaire dans l’usine de Caudry, qui a justifié la prise d’un arrêté de cessation des activités industrielles de production dans l’usine ». L’arrêté pointe notamment « la présence de rongeurs et l’absence de moyens de protection contre l’entrée des nuisibles et de lutte contre les nuisibles efficaces et adaptés à une activité alimentaire » ainsi que le « manque d’entretien et de nettoyage des zones de fabrication, de stockage et de passage »’’

c’est ce que renseigne le site internet https://www.charentelibre.fr/ à propos de deux lignes de production de pizzas de l’usine de Caudry dans le Nord de la France.

Des anomalies qui ont conduit les autorités préfectorales à prendre le 1er avril dernier, un arrêté pour arrêter la production des pizzas dans ces usines. Et pour cause, selon cette source, cette décision « fait suite à deux inspections d’hygiène approfondies » menées les 22 et 29 mars par des agents de la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) du Nord et de la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), « dans le cadre de leurs investigations réalisées en lien avec l’alerte E. coli STEC ».

Et c’est à raison, car depuis fin février, il y a une recrudescence de cas d’insuffisance rénale chez des enfants liés à une contamination à E. coli ; dont plusieurs cas liés à la consommation de pizzas Fraîch’Up de Buitoni, produites sur le site de Caudry. Malheureusement, 75 enfants sont tombés malades et deux sont déjà décédés.

Le pôle de santé publique du parquet de Paris a ouvert le 22 mars, une enquête pour « homicides involontaires », « tromperie » et « mise en danger d’autrui ». Au niveau de la préfecture, seule « la mise en conformité de l’usine vis-à-vis de ses obligations en termes d’hygiène alimentaire », et « de contrôles et de maîtrise des risques microbiologiques » pourrait induire l’abrogation de l’arrêté et la reprise de la production.

De toute façon, les consommateurs de pizza doivent déjà être devenus toctoc à la vue ou en entendant le mot pizza.

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR