Image default
Politique

Présidentielle/ Investiture du duo de candidats de la Fcbe : Soumanou et Hounkpè engagés pour l’alternance en avril 2021

Enfin, la machine de la victoire est lancée du côté du parti Force Cauri pour Un Bénin Emergent (Fcbe) avec à l’investiture de son candidat ce jeudi 25 février 2021 au Palais des congrès, du duo de candidat pour la présidentielle d’avril prochain, duo présidentiable Alassane Soumanou et Paul Hounkpè.

Plus qu’une fête, le Conseil National du parti FCBE choisi pour cet événement important dans la vie de ce parti, a permis à chacun des membres du duo de candidats de présenter aux militants Cauris,la vision de leur candidature, et réaffirmer leur détermination et certitude qu’ils ont l’occasion de réaliser l’alternance au pouvoir en avril 2021. Comme l’a annoncé au début leur directeur de campagne à s’avoir l’ancien maire de Parakou et ancien ministre de Boni Yayi, Aboubacar YAYA : « nous allons aux élections pour reconquérir notre fauteuil arraché par les urnes par Talon en 2016. »

« Nous irons reprendre le pouvoir que nous avons remis avec la Bible. » A appuyé le candidat à la présidence, le Président Alassane SOUMANOU avant de justifier leur démarche : « Nous allons à cette élection parce que nous avons entendu le cri d’alarme des cotonculteurs, des femmes, des étudiants… »

Même lecture des choses pour Paul Hounkpè le vice-président du duo Fcbe qui n’a pas mâché ses mots à l’endroit de la gestion du pouvoir par la rupture. « En 2016, nous avons perdu les élections présidentielles à cause d’une mauvaise appréciation de la population. Il s’en est suivi une gestion éprouvante pour le peuple; gestion à la limite exclusive avec comme corollaire la misère, le démantèlement du vivre ensemble, une justice aux ordres, une presse embrigadée, la fuite des investisseurs nationaux, la chasse aux sorcières, le déboussolement de la démocratie,…bref le tableau est noir. »

Mieux, argument-t-il, « face aux nombreuses difficultés rencontrées par nos militants restés sur place, exilés ou emprisonnés, il fallait prendre d’autres mesures. Ceci justifie l’obtention du récépissé et notre participation au dialogue politique. Ce qui a permis la pacification du pays et l’amélioration du vivre ensemble. La suite, vous le savez. Nous avons participé aux élections communales et nous voilà sur le chemin de la présidentielle. »

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR