Politique

Présidentielle du 11 avril prochain: La résistance vient de s briser le cou

(Bertin Koovi vilipendé par des morveux, décide de faire réélire Talon)

Bertin Koovi, Chabi Wouré Boukoukpin, comme il l’a dit lui-même dit dans un audio, est un gros con. Certains analystes diront qu’il est même un fou. Car il faut être un con, un fou pour choisir de dire la vérité, rien que la vérité dans un monde de faux, d’hypocrites, de profiteurs et d’incapables. Mais Aristote dirait qu’il est un génie parce qu’il est fou. Car, il n’y a point de génie sans un grain de folie.

En effet, Bertin Koovi, qu’on l’aime ou pas aura été l’homme qui a le plus embêté le régime de Patrice Talon, allant jusqu’à susciter un soulèvement populaire contre lui n’eût été la couardise qui caractérise le peuple béninois.

Mais il faut reconnaître qu’il reste le seul, à la lumière de ses réflexions, capable de mener la RÉSISTANCE à la perte de la Rupture. Et lorsqu’il a vu que l’intelligence politique a déserté le forum de l’opposition pour faire le boulevard à la bêtise par cette croyance candide en une victoire de dame Réckya Madougou contre Talon, le politologue et consultant en communication, a décidé de se démarquer de la rêverie.

Il n’en fallait pas plus pour que le bébé rêveur de Thibault Ogou, dérangé qu’il était par les petites attentions pécuniaires de la candidate des Démocrates, décide d’allonger sa tronche contre l’Iroko.

Morceaux choisis dans une vidéo tirée sur les cheveux, Bertin Koovi aurait reçu de l’argent chez Gbadamassi. Il serait en contact avec Olivier Bocco. Il serait mensuellement traité par le ministre Romuald Wadagni. Patati-Patata !!!

À croire que la position à la limite incendiaire de Bertin Koovi contre Talon pouvait permettre à un proche de celui-ci d’envoyer, ne serait-ce qu’un simple Sms à celui que, eux tous prenaient pour un fou. Un homme qui ne vivait et ne réfléchissait que pour faire tomber le régime de Cotonou.

Espérons juste que Bertin Koovi n’intente une action en justice contre le sieur Ogou. Mais d’un intellectuel comme Koovi qui a beaucoup lu, il sait qu’à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. Thibault Ogou ne peut même pas être son élève à plus forte raison, un adversaire sur le terrain politique.

Conséquence de cette malédiction qui s’est emparée de l’opposition au régime de Cotonou, c’est la réélection du président Talon, au premier tour qui se dessine en or. Si c’est un gri-gri que les épigones de la Rupture ont fait en poussant Réckya Madougou à croire qu’elle peut être candidate et se faire élire contre Talon, ils ont fait un très bon gri-gri.

Tout le monde sait que le peuple béninois n’a pas encore une ouverture d’esprit à porter une femme à la Marina. Chausser Réckya Madougou en crampons de sprint pour le challenge du 11 avril, révèle non seulement la cupidité de certains à disposer de son gros portefeuille, mais surtout, montre combien l’opposition n’est pas de taille à disputer le pouvoir à Patrice Talon.

C’est normal que le président Bertin Koovi qui avait déjà réalisé que ses partenaires de la RÉSISTANCE n’ont rien dans le ventre et dans la tête, décide de se battre pour une réélection certaine du président Talon. Thibault Ogou aura précipité le politologue dans sa décision.

Quand j’écrivais que pour Patrice Talon là, il y a Dieu dedans.

Articles Similaires

Cour Constitutionnelle : Les audiences ordinaires suspendues

Le Béninois Libéré

Démission tous azimuts du parti de Korogoné : Après son fil, le Mpl perd un à un ses brindilles

Akkilou YACOUBOU

Présidentielle 2021 au Bénin : Réckya Madougou dénonce le piratage de son téléphone portable

Le Béninois Libéré

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.