Le Béninois Libéré
Image default
Politique

Pour montrer soutien et fidélité à Amoussou : LE PREFET MEGBÉDJI DEFIE TALON

(La vidéo de l’acte de la nargue)

Talon est certes en politique un redoutable personnage dont le génie maléfique est digne d’admiration. Mais il ne fera pas peur à Bruno Amoussou dont la réputation qui le précède a aussi de quoi faire froid dans le dos.

Le départ du président Amoussou de la tête de l’Up risque de coûter cher à Patrice Talon. Et pour cause, les fidèles du patriarche déchu donnent déjà de la voix pour montrer qu’ils sont prêts au sacrifice suprême pour prouver à celui qu’ils appellent papa, leur fidélité à toute épreuve.

Ce qui s’est récemment passé à Klouékanmè, commune d’origine du préfet Christophe Mégbédji et de l’honorable Gérard Gbénonci, annonce la virulence des corps à corps à venir.

En effet, ayant été invité pour faire partir de la délégation du vice-président du bureau exécutif de l’Up, Gbénonci aux funérailles du parent d’un militant influent du parti à Klouékanmè, le préfet Christophe Mégbédji qui ne supporte pas que ce « petit » ait été préféré à lui dans le jeu du président Talon, a marqué son désaccord.

Non seulement il a désobéi à la discipline du parti en allant le même jour à la même heure à un simple anniversaire à Lalo, mais aussi il a mis dans ses valises le maire Up de Klouékanmè pour marquer un point contre Gbénonci.

Ils ont ainsi préféré aller danser autour du vin et du champagne à l’anniversaire d’un autre militant Up que subir le supplice de rester dans la délégation de l’Up conduite par le vice-président pour essuyer les larmes au militant exploré.

Et c’est pour saper le moral à Gbénonci qu’ils ont tout fait pour que des vidéos de la fête où ils dansent, fuitent. Un message on ne peut plus clair pour montrer à l’actuel bureau politique de l’Up que la tâche ne sera pas facile.

Mais le préfet Christophe Mégbédji dans cette posture oublie un détail très dangereux. Ce n’est ni contre Gbénonci encore moins contre le président Djogbénou qu’il agit. Cette provocation pour marquer son hostilité à la manière dont le président Amoussou a été débarqué, a tout d’un acte de rébellion contre le président Talon lui-même. Et quand on sait qu’il est administrativement le représentant direct du président de la République dont il tient le pouvoir dans cette préfecture, ce comportement est plus vicieux et prête à confusion.

Cette même machination de coup contre le parti du Baobab est actuellement en gestation dans la 6ème circonscription électorale où il est distillé présentement dans la conscience des fidèles de l’ancien maire Bada que c’est pour des soupçons de connivences avec Ajavon qu’on l’a fait bouffer dans le dossier des 39 hectares. Et c’est aussi pour presque les mêmes raisons que le président Bruno Amoussou a été débarqué. Donc, un éventuel succès de l’Up aux prochaines élections législatives serait une trahison contre Bada et Bruno Amoussou. Seulement qu’il y a des jeunes amoureux du président Talon et de Joseph Djogbénou qui préfèrent offrir leur poitrine pour faire échec à ces genres de « Renarderies  » dont le président Amoussou reste seul dans la galaxie politique béninoise à en avoir le secret.

Affaire à suivre.

Aboubakar TAKOU

La vidéo de l’acte de la nargue

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR