Le Béninois Libéré
Image default
Politique

Pass sanitaire, arrêté préfectoral sur le transport, grève des aspirants : Les clarifications de Léandre HOUNGBÉDJI


Le Secrétaire Général Adjoint du Gouvernement et Porte-parole du Gouvernement, Wilfried Léandre HOUNGBÉDJI, a opiné sur plusieurs sujets brulants de l’actualité.

Au menu de son intervention, il y avait la situation sanitaire du Bénin face au Covid-19 en l’occurrence le pass sanitaire, l’arrêté préfectoral sur la réforme du transport dans le département du Littoral et la grève des aspirants au métier d’enseignant. Sur le Covid-19 qui frappe le monde depuis plus de 2 ans, Wilfried Léandre HOUNGBEDJI a affirmé que « les scientifiques disent qu’il faut atteindre au moins 60% de taux de vaccination pour espérer atteindre l’immunité collective. Nous, on va continuer par travailler. Si on atteint les 60% d’ici à là, c’est davantage bon. Je ne dis pas qu’on va atteindre 60% au moins mais je vous dis ce que la science préconise. Après, en fonction de l’évolution, on va croiser avec les données du moment en ce qui concerne le taux de contamination, d’occupation des lits dans les centres de prise en charge, on appréciera et on verra s’il y a de nouvelles mesures à prendre en terme d’allègement ou de renforcement ».
En ce qui concerne le Préfet OROUNLA sur la réforme des transports et la polémique que cela a suscité, « la cellule d’analyse des projets d’arrêtés ministériels et préfectoraux existe toujours et fait son travail. Si l’arrêté était passé par cette cellule, sans doute qu’il n’aurait pas été validé dans ces conditions. » A laissé entendre le Porte-parole du gouvernement.
Le troisième sujet abordé est la grève des aspirants au métier d’enseignant.
Et sur ce sujet, Wilfried Léandre HOUNGBEDJI a reconnu que le président Patrice Talon a mené plusieurs réformes dans ce secteur. Mais ces réformes doivent être accompagnées par un véritable engagement des acteurs du secteur. Mais il précisé que « Le mouvement d’humeur n’était pas lié à l’absence de salaires. Que cela soit clair. Le gouvernement a payé ce qui est dû aux aspirants en termes de salaires. S’il y en a un aujourd’hui qui n’a pas eu de salaires, il faut aller voir son dossier. Il doit avoir un problème quelque part. »

Arnaud KOUMONDJI

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR