Image default
Politique

Paiement des 50 millions de caution pour la candidature de Talon par des fils de Ouidah : Qui a eu cette vilaine inspiration sectaire ?

Conduite par le député Mathieu Adjovi et l’actuel maire de Ouidah, une délégation de filles et fils de cette commune était chez le président Talon, candidat à sa propre succession pour lui remettre les 50 millions, montant total pour la caution à sa candidature.

Si l’acte témoigne de l’amour de certains Béninois à voir le président Talon accepter le sacrifice d’un second mandat, le fait que le président soit de Ouidah et qu’il s’agisse des filles et fils de cette commune, révèle un goût amer de régionalisme qui induit un sectarisme politique.

Le président Talon n’est plus aujourd’hui précisément d’une région du Bénin. Il est simplement Béninois. Le geste serait venu d’un groupement de jeunes, de sages ou même de femmes du Bénin, que ça aurait été très élégant comme celui, à l’époque de Oswald Homéky, au nom d’une certaine jeunesse.

Il en serait de même si on parlait d’un geste des amis de Talon ou de la Rupture. Mais ça fait trop laid, sectaire et purement régionaliste, qu’on parle de filles et fils de Ouidah.

Les filles et fils de Djougou ou de Porto- Novo, l’auraient fait que ce geste n’aurait pas cette sale gueule.

Mais pour ne pas être stigmatisé, par ses amis et parents, le président Talon s’est imposé de recevoir cette bande de diviseurs patentés et prendre leur  cadeau. Il n’avait pas le choix pour ne pas dire qu’ils l’ont aussi induit en erreur.

À l’heure des grands ensembles, ces genres de comportements devraient être rangés dans les oubliettes au profit du caractère républicain de la fonction présidentielle.

Patrice Talon n’est plus d’une région. Il est simplement Béninois.

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR