Le Béninois Libéré
Image default
Politique

Obtention du quitus fiscal : Les efforts de la DGI ces dernières heures

L’obtention du quitus fiscal par les différents partis en course pour les législatives fait l’actualité depuis quelque heures surtout avec le point du parti Les Démocrates qui à travers une conférence de presse a fait cas de ses candidats privés du quitus fiscal, une pièce faisant partie des différents documents de candidature. Alors qu’il y a lieu de comprendre que les services des impôts font un travail impartial, et veillent à ce que tous soient traités de la même façon.


Et pour cause, tous les partis de l’opposition comme de la mouvance sont concernés par cette situation de ce qu’on pourrait qualifier de difficultés dans l’obtention du quitus fiscal, alors que ce sont des situations de régularisation qui sont à l’origine de cette non-délivrance. Et quand les demandeurs régularisent leur situation, donc paient ce qu’ils doivent au fisc, le précieux sésame est déviré. En témoigne du côté des Démocrates, Atchadé Nourénou et Claude Djankaki qui entre autres, ont eu leur quitus fiscal dans l’après-midi d’hier mardi, après avoir effectué le paiement nécessaire.
Par contre, des cadres de certains partis de la mouvance ont dû être laissés sur le quai. Au niveau de l’UP Le Renouveau, Lucien Kokou HOUNGNIBO n’a pas eu son quitus fiscal à cause de ses entreprises Cote Africaine et Soleil d’Afrique qui doivent respectivement 636.469.498 FCFA et 42.881.313 FCFA soit en tout 679.350.810 FCFA. Il en est de même pour Rogatien Akouakou (Up Le Renouveau) pour accumulation de dettes fiscales.
Le Bloc républicain n’est pas épargné par cette situation de quitus fiscal avec le député Nazaire SADO (BLOC REPUBLICAIN) pour accumulation de dettes fiscales par son entreprise Bureau d’Ingénierie en Management (BIM) SARL. Il reste encore à régulariser 1.226.088 FCFA.


Il est à remarquer ici que messieurs HOUNGNIBO et SADO sont des députés de l’actuelle mandature et représentent des personnalités de premier plan de leurs partis respectifs. Nazaire SADO est même un des questeurs de l’Assemblée nationale. Et pourtant, le quitus leur a été refusé. Même cas pour l’actuel maire de la commune de Tori-Bossito, Rogatien AKOUAKOU.
Voilà un peu le point de quelques cas de non-délivrance que beaucoup semblaient ignorer mais qui démontre aussi les efforts de la DGI à amener les populations à être en règle du point de vue impôt, sans aucun parti pris. Au lieu de critiquer sans raison le Dg Yénoussi, on devrait lu tirer chapeau pour cette ténacité à amener les politiques à payer leurs impôts même titre que les pauvres populations.


AY

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR