Le Béninois Libéré
Image default
Politique

Obtention de son quitus fiscal : Nadine OKOUMASSOUN a dû régler sa dette de 561.530 f CFA

(Elle n’avait pas tout dit aux populations)

Dans les démarches menées par tous les candidats pour être en règle dans le cadre des législatives, la délivrance de ce quitus étant indispensables, ceux qui l’ont tardivement obtenu à cause de certains manquements aux textes, au fisc, n’ont pas tous dit aux populations. Ils ont dû solder leurs dettes vis-à-vis du fisc pour les entreprises dont ils disposent.

Et c’est le cas de Nadine OKOUMASSOUN qui a fait économie de vérité en faisant croire aux populations que c’est à cause d’un post sur Facebook que la Dgi a été obligée de lui délivrer son quitus fiscal. Or selon les informations transmises, Nadine OKOUMASSOUN a créé en 2018 une Société à responsabilité limitée (SARL) du nom de GNIJOS qui s’emploie dans la collecte des produits tropicaux notamment le cajou qu’elle commercialise. Au début de son exercice, cette société n’a payé que la patente oubliant de payer les autres impôts y afférents. Ainsi, à la date où la promotrice demandait son quitus fiscal au centre des impôts d’Agla (Cotonou), GNIJOS était tributaire d’une dette 561.530 f CFA. Ce que Nadine OKOUMASSOUN semblait ignorer mais qui lui a été rappelé à la Dgi. Ce qui justifiait ses attaques contre la Dgi en faisant croire que c’est parce qu’elle est opposante qu’on ne voudrait pas lui délivrer ce document.

Pour ce faire, Nadine OKOUMASSOUN devrait d’abord se mettre à jour avant de prétendre à un siège lors des législatives, chose qu’elle n’a pas fait et criant haut et fort d’injustice. Nadine OKOUMASSOUN n’est donc pas cette jeune dame qui après les études n’a mené aucune activité, vivant dans une location sans rien avoir avec les impôts. Non, elle a la société GNIJOS avec des impôts non payés. Et c’est le règlement des dettes de cette société qui a induit la délivrance de son quitus fiscal.

Voilà déjà comment même jeune, on essaie de manipuler les populations et jeter du discrédit sur les sociétés de l’État.

Donc, ce n’est pas son pieds de grue à la Dgi comme elle le disait qui a fait qu’elle a eu son quitus fiscal. Elle a tout simplement réglé ses dettes.
C’est pourquoi il faudrait que les partis politiques soient sérieux envers eux-mêmes et les institutions de la république pour plus de sérieux dans leur travail et leur sens de responsabilité envers la loi du pays.

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR