Le Béninois Libéré
Image default
Economie

Nouvelle dévaluation du Franc CFA : Ce que dit la Bceao

Le traumatisme du 11 janvier 1994 est encore est très vivace dans les esprits dans la zone Franc. Il a suffi d’un tweet pour que les esprits commencent à s’emballer et alerter les uns et les autres. Mais très vite, la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) s’est fendu d’un communiqué pour clarifier les faits.

« La BCEAO dément formellement cette information et précise que le taux de change entre l’Euro et le FCFA demeure inchangé, à savoir 1 euro = 655,957 FCFA. Elle rappelle également que les taux de change officiels des principales devises sont publiés quotidiennement sur son site internet consultable sur www.bceao.int dans la rubrique Statistiques – “Cours des devises contre Franc CFA”. » Peut-on dans ce communiqué en date du jeudi 10 mars 2022.

Communiqués de presse

Fausse information faisant état d’une dévaluation du Franc CFA

La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a pris connaissance d’un article diffusé sur les réseaux sociaux annonçant une dévaluation du FCFA par rapport à l’euro qui serait intervenue le 9 mars 2022.

La BCEAO dément formellement cette information et précise que le taux de change entre l’Euro et le FCFA demeure inchangé, à savoir 1 euro = 655,957 FCFA. Elle rappelle également que les taux de change officiels des principales devises sont publiés quotidiennement sur son site internet consultable sur www.bceao.int dans la rubrique Statistiques – “Cours des devises contre Franc CFA”.

Elle invite par conséquent les populations à la plus grande vigilance et à ne se référer qu’aux seules voies de communication officielles usuelles de l’Institut d’émission.

A cet égard, elle rappelle que tous ses communiqués sont publiés sur son site internet, ainsi que dans la presse écrite et audiovisuelle officielle des Etats membres de l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA).

La BCEAO se réserve le droit d’engager des poursuites judiciaires à l’encontre des auteurs et complices des actes et messages de nature à porter atteinte aux signes monétaires ayant cours légal dans les Etats membres de l’UMOA.

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR