Le Béninois Libéré
Image default
Société

Mef Int Bénin : fissure dans le camp des usurpateurs : CONFIDENCES SUR LE BUT DU COUP D’ÉTAT CONTRE LE PASTEUR FONDATEUR

(Certains demandent déjà pardon au Seigneur pour leur participation à ce coup foireux)

L’empire de Dieudonné NOUKOUNYEFLIN s’effrite déjà. Mille jours pour le voleur et un seul pour le propriétaire, dit-on. Regrettant leur participation à cette manœuvre diabolique qui a consisté à éjecter le Pasteur fondateur Augustin Sossa de la présidence de la MEF Int Bénin, certains pasteurs dont la foi a rendu entre-temps visite au diable, se ravisent.

Ils souhaitent maintenant que la cour d’appel rétablisse vite la vérité pour que le Seigneur puisse pardonner à ceux qui ont perdu le chemin de la foi ce crime odieux de semer la zizanie dans sa maison.

Selon un des leurs qui s’est confié à votre journal en réclamant l’anonymat pour ne pas être tué par les irréductibles, véritables faucons de la crise, ils soupçonnaient simplement le Pasteur fondateur de faire le lit de la relève à ses enfants. Or les fauteurs de troubles estiment être plus méritants. Mais comme l’apôtre de Dieu ne dit toujours rien sur sa succession, ils ont décidé de créer une crise pour voir si cela ne va pas pousser le fondateur à prendre une décision qui les rassure.

Bien évidemment, ils n’avaient pas prévu que cette affaire aille devant les juridictions profanes. Ils croyaient que sous la pression de le renvoyer coûte que coûte à la retraite, le fondateur qui n’aime pas des situations conflictuelles, allait leur demander conseils.

Mais certains d’entre eux étaient devenus si durs que le fondateur n’a plus trouvé autre option que d’aller vers la justice béninoise. Face donc à cet imprévu, ils ont, à leur corps défendant, décidé de magouiller partout où besoin sera pour gagner la partie.

Car ils savent très bien qu’aucune justice libre ne pourra défendre leur cause étant donné qu’elle ne repose sur aucune base régissant la vie de la Mission. Il n’était écrit nulle part dans les textes que la disposition sur l’admission à la retraite concerne le Pasteur fondateur. Et c’est pourquoi ils avaient forcé le portail de la réunion du conseil exécutif de la Mission. Là encore, les textes ne sont pas de leur côté puisque cette préséance revenait toujours au président Pasteur fondateur.

Donc, il est établi qu’ils n’auront aucune chance devant la justice. Ils n’avaient d’ailleurs jamais prévu que la crise irait devant les tribunaux. Ils veulent juste faire un CHANTAGE pour obliger l’homme de Dieu à leur réserver une bonne place dans la succession.

C’est pourquoi certains veulent bien faire défection pour demander au président fondateur de ne pas tenir compte du prochain verdict de la cour d’appel pour les virer ou les sanctionner. Mais leur démarche heurte sur le jusqu’au-boutisme des leaders de cette pagaille. Ils ne croient plus au pardon du Pasteur fondateur Augustin Sossa.

Donc, ils comptent tenter quelque chose avec l’argent pour voir si cela va aboutir pour leur orgueil en souffrance dans ce dossier.

À suivre !

Aboubakar TAKOU

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR