Le Béninois Libéré
Image default
Politique

Les vérités de Djogbénou à son point de presse hier : « JE SUIS CANDIDAT… »

La déclaration majeure du désormais ancien président de la Cour constitutionnelle après sa démission porte sur son avenir politique au Bénin et au sein de sa formation politique, l’Up. Pour lui, dans la vie, ce ne sont pas les positions qui comptent mais plutôt les objectifs. C’est donc pour rester proche de ses objectifs : le combat politique pour le peuple, le développement et la démocratie, qu’il a décidé de vite retrouver ses vieilles amours.

À la question de savoir s’il sera candidat aux prochaines élections, l’humble serviteur de l’Union progressiste dit être entièrement à la disposition de son parti qui décidera de lui. Aussi est-il candidat à tout ce auquel le parti voudra le présenter.

Voilà donc qui est clair : la lutte d’un parti politique étant la conquête du pouvoir, Joseph Djogbénou étant l’un des militants de l’Union progressiste à remplir toutes les conditions pour être apte au sacrifice d’être l’échelle pour le parti dans la réalisation de son objectif, on conclut sans l’ombre d’un doute que l’Up a maintenant son candidat pour la présidentielle de 2026.

Reste maintenant à savoir si le parti ne va pas décider de le mettre en jambe au travers du footing des législatives en attendant le sprint de 2026. En tout cas, l’un n’interdit pas l’autre, du parlement qu’il connaît très bien pour y avoir travaillé comme élu, Joseph Djogbénou ne sera que dans son marigot pour la suite du débat.

Enfin, à ceux qui pourraient confondre l’obligation de réserve d’un ancien président de la Cour constitutionnelle à la nouvelle posture du citoyen militant d’un parti politique, le juriste de haut niveau qui sait mieux que quiconque définir le périmètre de la Cour constitutionnelle dans le débat politique, a suffisamment de ressources pour donner le bon exemple.

Djogbénou fera le combat des grosses arènes politiques. Bien évidemment, il sera muet à tout sujet qui touche à son ancienne maison,  la Cour constitutionnelle.

Aboubakar TAKOU

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR