Le Béninois Libéré
Image default
Politique

Législatives inclusives de 2023 : LA PREUVE QUE TALON CONFOND EXCLUSIF ET INCLUSIF

À 06 mois de l’échéance capitale de 2023, les deux partis du président Talon continuent de dormir sur leurs lauriers croyant toujours être dans une zone de confort où ils devront s’affronter comme par le passé. C’est à croire qu’ils oublient que l’option d’une élection inclusive qui induit l’implication totale de l’opposition n’est pas la même que le contexte exclusif qui a depuis l’avènement de la Rupture caractérisé les élections.

Sinon comment comprendre que face à un peuple qui incarne l’opposition au régime en place, les partis de la mouvance continuent de fabriquer un suspens artificiel sur leurs listes, les différentes personnes désignées pour être candidats dans chaque circonscription électorale.

Avec tous les maux qui minent actuellement le social au Bénin, ce n’est plus face à la Fcbe et aux Démocrates que la Rupture veut faire face. Mais plutôt au peuple submergé par les problèmes de la cherté de la vie et des autres contraintes qui l’empêche de retourner dans sa zone de confort d’antan.

Les partis de l’opposition la Fcbe et les Démocrates n’auront juste qu’à participer et le tour est joué. Dans ces conditions, comme il s’agit d’une élection par zone et par tête, il aurait fallu que les candidats  soient situés pour signer des contrats presque individuels avec leur base. Que tel soit sûr d’être sur la liste pour commencer par rayonner de son plus beau plumage afin de séduire ses électeurs à coup d’arguments, de démonstrations à ne pas les laisser tomber dans l’expression de leur état d’âme contre la Rupture.

Puisque en les jouant patrons, détenteurs de la décision qu’ils gardent par devers eux comme des secrets de couvent, les probables candidats n’étant pas sûrs de leur positionnement risquent de travailler à minima alors que le contexte a changé et il faudra faire face à un peuple vêtu de la peau de l’opposition pour régler ses comptes aux dirigeants en place.

Comme il faut appliquer à la partie la recette correspondante, il importe que les responsables des partis au pouvoir le jouent plus pratique et plus intelligent en libérant leurs candidats. Sans cette donne, le format du travail au minima sur le terrain risque d’être fatal à la Rupture.

Mais puisque la facilité des deux précédentes élections sans opposition fait croire à la Rupture qu’elle est le plus intelligent des systèmes connus depuis les indépendances, la grosse tête rendra sourds les Rupturiens à la bonne analyse. Et ce serait dommage pour la vertu de la Rupture.

Aboubakar TAKOU

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR