Le Béninois Libéré
Image default
Politique

Législatives 2023 : Enfin l’option tant attendue par les Béninois

Le Mouvement populaire de libération (Mpl) est désormais paré pour les élections législatives du 8 janvier 2023. Et dans la 10ème Circonscription électorale regroupant les communes de Ouèsse, Glazoué et Savè, le message du 2ème titulaire du Mpl, Guy Lambert Chaffa, est clair et limpide. Les Béninois ont trop subi et ne doivent pas être dupes en n’optant pas pour une autre voie que celle qui les étreint depuis presque 7 ans.

« En sept (7) années de gouvernance, nous avons subi doucement et lentement, sans reaction le detricotage de notre constitution, à travers sa révision opportuniste. Nous avons assisté impuissants, à la détérioration de l’atmosphère socio-politique », dit le candidat Guy Lambert Chaffa.

Pour un retour du bons sens et de la politique au service des populations et non contre elles, il declare entre autres : « Je suis candidat pour que plus jamais la paix ne soit compromise. Je suis candidat aux élections législatives pour proposer et faire voter des lois qui permettront à notre pays de retrouver ses lettres de noblesses. Je suis candidat, afin que ceux qui nous dirigent comprennent que « Seule la démocratie est éternelle » comme disait si bien le professeur Joël F. AÏVO. »

Le message du candidat Guy Lambert Chaffa

Le danger qui nous guette tous

Depuis 2016, le Bénin change certes, mais dangereusement.

Dans leur farouche volonté de conserver le pouvoir, eux qui nous dirigent nous habituent à ce qu’il convient d’appeler de très mauvaises habitudes, aussi dangereuses que l’invasion de la Russie en Ukraine. Il en ressort le caractère inhumain de ceux là qu’il convient d’appeler les saigneurs de la nation.

Où allons nous donc ? On agit en faisant sanblant d’oublier que la seconde qui suit notre respiration ne nous appartient pas.

Mais croyez moi, comme l’a dit un frère aîné ,  » l’oiseau qui appelle la pluie, ne manquera pas lui même d’être mouillé. »

Nous avons vu hier, nous vivons aujourd’hui !
Qui pourrait parler de demain avec certitude ?

Hier, le Président YAYI Boni du haut de ses 10 ans de pouvoir, ne pouvait s’imaginer que l’on pourrait enfermer, chez lui, un ancien chef de l’État pendant 52 jours. YAYI en a soufert, mais n’a rien pu faire. Aujourd’hui nous savons donc que c’est possible et rien ne se passera !

Hier, malgré l’état de notre démocratie, personne ne pouvait s’imaginer que l’on pouvait organiser des élections législatives sans un parti d’opposition. Aujourd’hui, on se rend à l’évidence. C’est bien possible grâce à la providence. Et rien ne se passera.

Hier, personne ne pouvait imaginer qu’il était possible d’accuser un candidat de terrorisme, de le jeter en prison sans aucune forme de procès. Aujourd’hui c’est possible. Et rien ne se passera.

Hier, on était à mille lieux de s’imaginer qu’on pouvait humilier un député et le jeter en prison….. Aujourd’hui on en sait un peu plus..

Hier on savait que les voleurs étaient partout, mais nous étions à mille lieux d’imaginer que l’on pouvait voler un parti politique 😂😂😂. Aujourd’hui on sait que c’est possible et rien ne se passera

Tout ou presque tout est devenu possible aujourd’hui et ceci avec la complicité de l’élite politique Béninoise.

Aujourd’hui, on peut demander à un candidat d’où proviennent les 50 millions de Francs CFA versés pour sa caution.

Aujourd’hui, on peut, sur coup de colère, supprimer le droit de grève où on veut comme on veut.

Aujourd’hui, on peut modifier le code électoral en pleine élection.

Aujourd’hui, on peut filmer des hommes en train d’estampiller plusieurs bulletins de vote à la fois.

Aujourd’hui, on peut demander à l’armée de tirer à bout portant sur la population.

Aujourd’hui, on peut choisir même ses adversaires électoraux.

Tout le monde le sait, tout le monde en parle. Mais rien ne se passe.

On arrive même à prédire d’avance le scénario….😂 Et comme une jeune fille devant son écran, suivre tranquillement son télé-novelas!

Quel pays ! Quel peuple ! Quel destin !
Voilà ce qu’on peut faire aujourd’hui…. Imaginez demain ce qui serait possible !!!

Nous venons de loin. C’est vrai. Mais j’ai l’impression NOUS NOUS sommes déjà perdus.

En sept (7) années de gouvernance, nous avons subi doucement et lentement, sans reaction le detricotage de notre constitution, à travers sa révision opportuniste. Nous avons assisté impuissants, à la détérioration de l’atmosphère socio-politique.

Pour la première fois depuis 1990, le Béninois a peur de parler au béninois. La peur a gagné la vie quotidienne de chacun. Dieu est devenu le seul recours et les institutions sensées défendre le peuple le condamnent plutôt.

Fatigué, le peuple subit sans rien pouvoir y faire.

Parfois même il devient complice de sa propre souffrance, au point où on en arrive à dire: « le peuple a faim, mais est heureux » Quelle aberration !

Mais comme le disent souvent Les hommes de foi, « lorsque que Dieu est avec toi, même ton ennemi dresse ton chemin de gloire. »

Pour la première fois depuis 2016, l’opposition participera à des élections dans notre pays.

Je suis donc candidat aux élections législatives de janvier 2023 et je me propose d’être au service du peuple Béninois en général et celle particulier de ma circonscription électorale, le peuple de Tchabè, de Ouèssè et de Glazoué.

Je suis candidat pour que face à notre souffrance, on puisse faire quelque chose.

Je suis candidat pour que les nombreuses personnes injustement envoyé au chômage et sans aucune mesures de dédommagement préalable, puisse faire quelque chose.

Je suis candidat pour qu’on ne puisse plus trouver de terroristes béninois pendant des élections.

Je suis candidat pour que plus jamais dans notre pays, un ancien Président de la République ne puisse plus être enfermé pour une raison politique, ne serait-ce que pendant une seule journée.

Je suis candidat afin que plus jamais dans notre pays, l’on ne puisse changer les règles du jeu au cour d’un jeu.

Je suis candidat pour que plus jamais dans notre pays, les militaires chargés de défendre l’intégralité du territoire national , ne tirent sur un seul contribuable.

Je suis candidat pour que plus jamais la paix ne soit compromise.

Je suis candidat aux élections législatives pour proposer et faire voter des lois qui permettront à notre pays de retrouver ses lettres de noblesses.

Je suis candidat, afin que ceux qui nous dirigent comprennent que « Seul la démocratie est éternelle » comme disait si bien le professeur Joël F AIVO.

Béninoises et béninois…! Allons tous à l’assaut de la reconquête de notre démocratie.

Réveillons nous……

Bon weekend à tous !

Guy Lambert Chaffa

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR