Le Béninois Libéré
Image default
Société

Leadership de la présidente de l’Inf : Claudine Prudencio reçoit le soutien de Adossou

(Victor Adossou et toute son équipe engagés à jouer leur partition pour que le droit soit* dit jusqu’au bout en matière d’infractions à raison du sexe des personnes)

Journée marathon pour la Présidente de l’Institut National de la Femme, ce mardi 03 Mai 2022. Claudine Afiavi PRUDENCIO a repris son bâton de pélerin pour aller à la rencontre des Responsables d’institutions de la République et autres hautes personnalités du pays.

La Présidente de l’INF et sa délégation de sont rendus dans la capitale politique, Porto-Novo. Première étape : cabinet du Président de la Cour Suprême. Claudine Afiavi Omonlara PRUDENCIO a été accueillie en personne par le Président Victor ADOSSOU. Entouré du Président de la Chambre Administrative et de la Secrétaire Générale de la Cour Suprême (en partance pour la Cour des Comptes), il a, très tôt, exprimé sa joie de recevoir la Présidente de l’Institut dédié à promotion et à la protection de la femme dans notre pays.

Au sujet du sens de sa démarche, Mme PRUDENCIO a dit être allée rendre une visite de courtoisie au Président ADOSSOU pour recueillir les conseils de ce dernier  afin de réussir sa mission à la tête de l’INF. Elle est allée plus loin en indiquant que les chemins des deux institutions devront se croiser dans l’accomplissement de la mission assignée à l’INF. Particulièrement pour ce qui est du volet << assistance juridique et judiciaire >>. << Nous avons besoin d’avoir une garantie totale de la fin de l’impunité en matière d’infractions commises à raison du sexe des personnes. Vous savez très bien que la chambre judiciaire de la Cour Suprême, est le dernier recours éventuel pour les auteurs de violences qui, une fois condamnés à la CRIET, voudront former un pouvoir en cassation. Ça veut dire que l’assistance judiciaire que nous sommes tenus d’apporter aux victimes peut nous conduire jusqu’à la Cour Suprême. Et nous serons là, debout comme ça, pour défendre nos dossiers. Il est donc nécessaire que notre mission soit bien connue de la Cour Suprême>>, a déclaré la Présidente Claudine Afiavi PRUDENCIO, pour qui << la Cour Suprême est l’un des partenaires de l’INF dans l’exercice de son mandat juridique et judiciaire>>.

Le Président de la haute juridiction a félicité la Présidente de l’INF pour sa nomination à la tête de l’Institut et a dit sa ferme conviction  que le Chef de l’Etat a fait un très bon choix. Pour lui, la création même de l’INF, dans cette forme, avec les pouvoirs qui sont les siens, constitue une << très bonne option stratégique prise par le Président de la République>>. << Celà va rentrer dans l’histoire et placé à l’actif de la gouvernance Talon; tout comme la réussite de la mission à vous confier par le Chef de l’Etat, rentrera dans l’histoire. Je n’en doute pas un seul instant, connaissant vos compétences, votre dynamisme, vos expériences et votre charisme>>, a confié le Président Victor ADOSSOU, à la Présidente de l’INF. 

Au sujet du rôle qui sera celui de la Cour Suprême dans les dossiers qui pourraient être portés devant  la haute juridiction, après l’étape de la CRIET, le Président de la Cour Suprême a rassuré la Présidente de l’INF de ce que << tous les dossiers relatifs aux infractions à raison du sexe des personnes, seront traités dans les délais les plus raisonnables, avec rigueur et conformément aux dispositions de la loi qui reste , ajoutera-t-il, la boussole de la Haute Juridiction>>.

A en croire le Président ADOSSOU, c’est une très bonne chose, l’avènement de l’Institut National de la Femme dans l’écosystème institutionnel de notre pays. << Il était temps !>>, a-t-il martelé.

Il a ensuite donné la parole aux Présidents de chambres qui l’entouraient. Ceux-ci sont allés dans le même sens de la disposition totale de Cour Suprême  à jouer sa partition dans la réussite de cette noble mission confiée à l’INF. La Professeur Dandi Gnamou a particulièrement dit toute son admiration pour Mme Claudine Afiavi PRUDENCIO qui, selon elle, constitue un modèle de bon leadership féminin pour la nouvelle génération à laquelle elle appartient.

La Présidente de l’Institut National de la Femme a dit toute sa gratitude au Président de la Cour Suprême et à toute son équipe. Elle s’est également assurée que la Cour Suprême dispose d’un point focal genre ; lequel point focal sera renforcé et appuyé par l’INF.

 La Présidente de la Cour des Comptes, fière de l’INF et de sa Présidente

Sur le même site du siège de la Cour Suprême à Porto-Novo, la Présidente de l’Institut National de la Femme, est allée rendre une visite de courtoisie à la Présidente de la Cour des Comptes. Les deux personnalités ont longuement échangé sur les possibilités de collaboration entre leaders féminins pour booster la prévention des violences et autres discriminations que subissent les femmes et les filles dans notre pays.

Mme Ismath Bio Tchané a fait de précieuses suggestions à la Présidente de l’INF en vue de contrer efficacement la recrudescence des dérives liées aux mœurs, aux effets de modes dévalorisants pour la femme et la fille, les violences subies par les femmes et les filles via les réseaux sociaux.

En tant que femme leader, la Présidente de la Cour des Comptes a marqué toute sa disponibilité à accompagner l’INF dans ses actions de sensibilisation et d’éducation, surtout en direction de la jeunesse. Une posture qui a énormément réjouit la Présidente de l’Institut National de la Femme.

Avant de repartir de la ville-capitale, ce mardi, Mme Claudine Afiavi PRUDENCIO a rendu des visites de courtoisie   au Préfet de l’Ouémé et à l’Evêque de Porto-Novo.

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR