Le Béninois Libéré
Image default
Politique Société

L’association Zondjèzonfon sur les fonts baptismaux à Bohicon : Ernest TINDO, président d’honneur

L’union fait la force, dit-on. C’est cet adage qu’ont compris les femmes amazones du Bénin en se mettant ensemble pour mettre sur pied l’association Zondjèzonfon ce dimanche 08 mai 2022 au centre Cemola de Bohicon afin d’œuvrer pour leur développement et leur émancipation. Ceci, en présence des personnalités politiques et administratives comme la ministre des affaires sociales et de la microfinance Véronique Tognifodé, de l’honorable député Mama Sanni, du préfet du Mono Bienvenu Milohin, de la troisième adjointe au Maire de Cotonou Irène Béhanzin, du Directeur général du fonds national de microfinance (Fnm) Rafiou BELLO et du président d’honneur de ladite association Ernest TINDO. Venues de divers horizons, ces braves femmes ont voulu fédérer leurs énergies pour plus d’impacts. Charlotte TOKIN épouse Yaka, porte-parole du comité d’organisation n’a pas tari d’éloges à l’égard des autorités pour leur présence remarquable. Pour elle, l’association Zondjèzonfon des femmes amazones du Bénin est un creuset national pour l’émancipation des femmes et elle se réjouit de faire partir des membres fondateurs qui apporteront leur modeste contribution à leur propre épanouissement.

La présidente nationale de l’association Zondjèzonfon des femmes amazones du Bénin Hermine Yamadjako, très émue précise le contexte. Selon elle, l’initiative qui les a réunis est très noble et significative. La forte mobilisation est un signal fort et impactant.

En effet, l’association Zondjèzonfon est née d’une réflexion commune de plusieurs femmes engagées dans les causes associatives et l’épanouissement de la gent féminine. Cette réflexion est inspirée d’une expérience réussie au niveau de la jeunesse béninoise. Il s’agit du réseau des organisations de jeunesse pour le développement local et la coopération décentralisée (Rojedcod) présidé par Ernest TINDO qui a récemment piloté avec brio le projet citoyen : ma voix compte. Ainsi, elles ont fédéré leurs énergies pour davantage créer d’impacts pour leur propre épanouissement. Elle n’a pas manqué de rappeler l’objectif de ladite association et ses avantages.

Elle s’emploie à offrir une plateforme de partage d’expériences, de mutualisation des efforts et d’épanouissement aux femmes du Bénin à travers les groupements de femmes. Le partenariat que l’association établira avec les groupements de femmes offre de nombreux avantages comme un partage d’expériences entre les groupements d’un même domaine d’activité, un creuset pour le renforcement des capacités et de développement des compétences, un cadre formel pour servir d’interlocuteur fiable vis-à-vis des partenaires techniques et financiers engagés pour la condition féminine, une opportunité pour permettre aux femmes de renforcer et d’affirmer leur leadership.

Le président d’honneur qui a accepté de gaité parrainer l’association révèle les fondements de son acceptation : il s’agit que de la femme est le sel; son soutien à la volonté politique nationale affichée par le gouvernement du Bénin et son Chef, concrétisée par le vote de la loi n°2019-43 du 15 novembre 2019 portant code électoral en République du Bénin qui permettra l’amélioration de la représentation féminine au sein de l’Assemblée nationale du Bénin avec au moins 24 femmes sur 109 sièges, soit au moins 26, 16%; son partage de la vision de faire également de la femme un acteur de développement à tout point de vue ( économique, social, culturel, politique, etc). De la troisième adjointe au Maire de Cotonou Irène Béhanzin au ministre des affaires sociales et de la microfinance Véronique Tognifodé, le message n’a pas changé. Elles ont expliqué les raisons qui sous-tendent la cherté de la vie et les mesures d’accompagnement déployées par le  gouvernement. Ça a été une occasion pour elle de réaffirmer l’engagement du gouvernement béninois à accompagner la femme surtout avec le projet du microcrédit Alafia qui subira une augmentation bientôt. Ce que renchérit le Directeur Général du fonds national de microfinance (Fnm) Rafiou BELLO en appelant les femmes à la patience et à la solidarité qui verront le microcrédit passé à 100.000f bientôt. Pour le préfet du Mono, Bienvenu Milohin, cette association mise sur les fonts baptismaux est salutaire et mérite d’être encouragée.

Pour sa part, le député du parti Union Progressiste de la 23e circonscription électorale, l’honorable Sanni Mama a dressé la liste des lois votées à l’Assemblée Nationale pour protéger les femmes contre les violences dont elles sont victimes. Il faut rappeler qu’en prélude aux manifestations officielles, une messe de bénédictions a été célébrée à l’église catholique Saint-François d’Assises de Bohicon pour remettre la destinée de l’assistance entre les mains de Dieu.

Hilbert EDAH

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR