Le Béninois Libéré
Image default
Société

La saint Valentin dans les collèges à Cotonou Les parents s’indignent


Dans de nombreux pays, le 14 février de chaque année est considéré comme la fête des amoureux.

Les couples en profitent pour échanger des mots doux et des cadeaux comme preuves d’amour ainsi que des roses rouges qui sont l’emblème de la passion. Dans la ville de Cotonou, les élèves semblent être plus impliqués dans cette fête que les adultes.

A l’approche de la fête de la saint Valentin, les vendeurs de divers articles d’amoureux font éruption dans les collèges, et leurs alentours. Pour Roger, parent d’élève, cette fête ne concerne en rien les élèves. Permettre qu’elle soit célébrée dans les collèges, c’est encourager les enfants à oublier ce pourquoi les parents les envoient à l’école. C’est entrainer les enfants vers la débauche. « Figurez-vous que nombreuses filles perdent leur virginité le jour de ma saint Valentin. Nombreuses filles tombent enceinte ce jour. » A-t-il affirmé. Il trouve alors que cette fête devrait être interdite dans les écoles et collèges, pour le bien des apprenants.

Ainsi, il invite les apprenants à économiser leurs sous pour aider les parents, au lieux d’offrir un présent à un quelconque partenaire. Dans la même logique que Roger, Florence pense qu’il faut interdire la vente des articles de la saint Valentin autour des écoles et collèges.

« Je ne vois pas pourquoi on va permettre la vente de ces articles dans les collèges et lycées. Il faut que les autorités des collèges interdisent à ces vendeurs de sillonner les lieux d’apprentissage.» « Les enfants ne savent rien de l’amour. Leur unique devoir est d’étudier pour réussir leur vie et honorer leurs parents.» A-t-elle ajouté.

Brunelle TCHOBO (stag)

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR