Image default
Sport

La CAF fait le premier pas vers le professionnalisme de l’arbitrage

En 1934, l’arbitre égyptien Mohamed Youssef s’est rendu en Italie pour participer à la Coupe du monde de football de 1934 en tant que premier arbitre africain à officier dans le « Mundial ». Mais il n’a sifflé dans aucun match, ne faisant qu’une apparition dans le match de qualification entre les États-Unis et le Mexique quelques jours avant le coup d’envoi de la Coupe du monde.

Il a fallu attendre la Coupe du Monde de la FIFA 1966 en Angleterre pour voir un arbitre d’Afrique occuper une place centrale dans un match de Coupe du Monde. L’Égyptien Ali Kandil était l’homme au milieu lorsque le Chili et la Corée du Nord ont joué pour un match nul 1-1 à Middlesbrough. L’arbitre des arbitres africains a continué, jusqu’à ce qu’il y ait un homme du continent en finale de la Coupe du monde. L’arbitre marocain décédé a déclaré que Belgoula était l’arbitre du match lorsque la France a battu le Brésil 3-0 pour remporter son tout premier titre en Coupe du monde au Stade de France en 1998.

Aujourd’hui, alors que le football continue de croître et d’adopter de nouvelles techniques et technologies sur et hors du terrain, les exigences pour que tous les aspects du jeu se développent sont devenues une nécessité cruciale. À cet égard, la Confédération africaine de football (CAF) a franchi la première étape de la professionnalisation de l’arbitrage sur le continent avec la sélection d’un groupe pilote de 20 arbitres qui seront engagés pour une période d’un an.

Ceci est organisé dans un projet semi-professionnel qui verra les arbitres souscrire un contrat et bénéficier d’une animation de formation. Dix-huit arbitres masculins et deux arbitres féminins ont été sélectionnés pour ce premier projet.

 Geoffroy TOGOUAN

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR