Le Béninois Libéré
Image default
Culture

Interview de Zack Yanni/Un autre Béninois dans le box-office mondial (Hollywood) : « Tout ce qu’on peut faire pour que le monde entier découvre le Bénin… c’est mon devoir. Cela fait partie de mes ambitions. »

On connait Djimon Hounsou. Lui, c’est un autre Béninois qui entend aussi écrit son en lettre d’or à Hollywood et qui va marquer l’industrie cinématographique dans les années à venir. Après son BAC G2, Zack Yanni ou Saïd, son deuxième prénom, pour certains, a décidé de poursuivre ses études aux Etats Unis et surtout son rêve d’enfance, le cinéma.

Aujourd’hui, il fait partie des acteurs du film Trees of Peace qui sort ce 10 juin 2022, sur Netflix. C’est cet homme qui marque ses empreintes dans ce pays qui se livre à cœur ouvert à travers cette interview qu’il a bien accepté nous accordée.

Zack YANNI au Festival de Cannes en France (Crédit Photo: Patience Eding)

Que peut-on savoir de votre carrière cinématographique ?

Ce nouveau film Trees of Peace marque le début des longs métrages. Mais Juste après ma formation en Technique de Meisner au Studio Baron Brown à Santa Monica, j’ai commencé ma carrière cinématographique par des Films d’étudiants, des Courts Métrages dont Elegy ou j’ai joué le rôle d’un rebelle membre de l’ANC en Afrique du Sud. J’ai joué le rôle d’un reporter sud-africain pour une pub de McDonalds et la FIFA pendant la Coupe du Monde. J’ai produit et joué dans des pubs pour la marque de chaussures FLAMZ basée en Espagne avec laquelle je suis en collaboration d’influenceur au Code de “ZACKFIT15” pour une réduction de 15% sur toutes commandes. J’ai été aussi Producteur Associé avec RR FILM PRODUCTION. En ce qui concerne les clips de musique avec des artistes célèbres y compris Shakira, Jennifer Lopez (On The Floor), Kendrick Lamar et SZA (All the Stars de la Bande Originale de Black Panther). En définitive, Trees of Peace, Les Arbres de la Paix, marque mon premier rôle dans un long métrage distribué mondialement.

Quelle est votre participation dans ce film ? Je veux parler de votre rôle dans ce film, votre collaboration avec les autres acteurs ou participants, et autres.

Je joue le rôle du Militia Man qui est un des Rebels Hutu avec des manchettes et mitraillettes à la recherche des Tutsi et j’ai aperçu des enfants en train de jouer au football. Ma participation en tant que rebelle était de renforcer la terreur. Je ne peux pas tout dévoiler en avance. Attendons la sortie du film quand-même.

Qu’attendez-vous comme retour après la sortie du film sur Netflix ce 10 juin ?

Après la sortie du film sur Netflix, tout d’abord, j’attends de voir la réaction du public sur la performance des 4 actrices principales qui ont eu des performances superbes. Et ensuite, j’espère bien que les Réalisateurs vont apprécier mon rôle et me feront beaucoup plus confiance pour me sélectionner pour des projets.

Qu’ambitionnez-vous pour votre carrière d’acteur ?

Mon ambition est de développer mon talent, mon network afin de jouer de grands rôles qui demandent beaucoup d’émotion afin de gagner le respect de l’industrie comme notre Grand Djimon Hounsou qui est très bien respecté à Hollywood. Il représente mon parfait exemple.

Après votre participation à ce film, quels sont vos projets pour votre pays, le Bénin ?

Ce film est mon premier film long métrage en tant qu’acteur. Donc, il est très difficile pour moi de créer un projet pour mon pays en ce moment parce qu’il faut tout d’abord développer ma carrière, prouver mon talent et démontrer qu’il y a un public qui aime mon travail avant de m’approcher des investisseurs et financiers. Très peu sont ceux qui connaissent le Bénin aux USA. Donc, j’utilisais beaucoup le Ghana et le Nigeria pour les aider à mieux situer le Bénin. Mais après Blood Diamond et Gladiator, Djimon Hounsou est devenu ma référence quand je parle du Bénin aux Américains. Donc, tout ce qu’on peut faire pour que le monde entier découvre le Bénin sur les plans artistique, touristique et culturel, c’est mon devoir. Cela fait partie de mes ambitions. Porter l’honneur du Bénin et le faire découvrir à travers mon image.

Comme ce film sur le Rwanda, entrevoyez-vous quelque chose sur les réalités ou culture du Bénin comme a eu à le faire Djimon Hounsou ?

Bien sûr, ça c’est le rêve de tout Africain fier de son pays et de son continent. Mais n’oubliez pas que moi je suis nouveau et il me reste encore du chemin à faire avant d’accomplir des choses comme le Grand Djimon. J’ai un scénario que j’écris et qui doit être tourné au Bénin, histoire de mettre notre pays sur la carte comme on le dit en Anglais. Mais il faut construire une carrière solide avant de pouvoir se mettre aux commandes. Sauf s’il y a des financiers et investisseurs béninois et africains prêts à se lancer dans le financement des films qui représentent la culture et les réalités du Bénin à grande échelle.

Quels sont vos sentiments par rapport à Djimon Hounsou ?

Tout d’abord, Djimon Hounsou est mon Acteur préféré et quand le cinéma était juste un rêve impossible, il a fallu que j’apprenne qu’un Béninois a eu un grand rôle avec Spielberg et j’ai eu cette forte inspiration et confidence que ce rêve est possible. J’étais devant le Cinéma Concorde quand j’ai ressenti cette inspiration et je l’ai gardé au fond de moi, au fond de mon cœur. Et finalement quand j’ai eu la chance de le rencontrer, il m’a donné beaucoup conseils. Il est calme et très gentil. Il n’arrête jamais de me donner des conseils quand on se voit et j’ai hâte de le rendre fier et content. Quand j’essaie d’utiliser son nom pour parler du Bénin, c’est merveilleux de voir comment le public américain l’aime et le respecte. Ça fait énormément plaisir. Maintenant, ça fait également peur parce qu’il a placé la barre haut pour nous les Béninois qui arrivent derrière lui. Même quand les acteurs des autres pays africains le prennent comme référence et inspiration, ça fait plaisir et fier d’être Béninois. Une fois j’ai failli dire à un acteur mais toi tu n’es pas Béninois comme Djimon mais je me suis rendu compte de l’impact qu’il a non seulement sur tous les jeunes acteurs et mannequins africains mais aussi sur les noirs américains. La Publicité de Calvin Klein avec Djimon Hounsou a été la source et l’inspiration de beaucoup de photographes pour les mannequins noirs. Je vais m’en arrêter là parce qu’il y a trop à dire sur cet homme exemplaire et mon “rôle model”. Pour finir, il a été l’invité d’honneur, Honorable Guest Speaker pour la cérémonie de remise de diplôme à mon école de théâtre Baron Brown Acting Studio où il a raconté son parcours avant d’être célèbre pour plus nous motiver et encourager.

Votre mot de fin.

Toujours croire en soi. Poursuivre ses rêves. Ecouter son cœur et ne jamais laisser tomber. Mais il faut un travail rigoureux en soi, en développement personnel pour maintenir ses valeurs. Mes quatre livres préférés qui m’ont aidé sont: “The Secret” par Rhonda Byrne, “The Four Agreements” par Don Miguel Ruiz, “The Power of Positive Thinking” par Norman Vincent Peale and “The Power of Ambition” par Jim Rohn.

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR