Image default
Politique

Intervention du docteur Komi Koutché sur Rfi le 14 mai dernier: La Résistance se ligote par sa mauvaise communication

(On ne revendique pas une manifestation dans laquelle les manifestants ont tiré sur les forces de l’ordre et saccagé des biens publics et privés)

Soit c’est le Seigneur lui-même qui veut donner sa chance au Bénin en lavant le président Talon de tout soupçon, soit c’est son marabout qui est tellement fort qu’il livre ses adversaires pieds et mains attachés à sa justice du Bénin devant la communauté internationale.

On parlait de la bourde de Fatoumata Djibril qui appelait une certaine diaspora à renforcer financièrement les « Chasseurs » qui tirent sur l’armée béninoise, et voilà maintenant la réponse du docteur Komi Koutché à la face du monde sur Rfi, à la question-piège de mon confrère, Christophe Boisbouvier.

Extrait :

Christophe Boisbouvier :

« Dr Komi Koutché, vous dites que les violences viennent du côté du pouvoir. Mais début avril, juste avant le scrutin, vous aviez enregistrez deux vidéos dans lesquelles vous appeliez les Béninois à manifester contre le régime. Est-ce que ce n’étaient pas des appels à l’insurrection ?

Dr Komi Koutché

« Moi je suis aux États-Unis, le pays de référence de la démocratie au monde. Et vous comprenez  qu’avec tout ce dont je jouis comme vertus de la démocratie aux États-Unis, je ne peux pas appeler à la violence. J’ai appelé à des manifestations pacifiques, non violentes, mouchoirs en mains, et les populations ont suivi massivement cette manifestation, jusqu’à ce qu’il soit ordonné à une milice d’aller tirer ouvertement sur des populations qui étaient en manifestations pacifiques. »

Voilà qui dédouane si doute il y avait sur la légitimité du devoir du président Talon d’appeler l’armée à sécuriser la République face à une menace terroriste, et la justice de faire la lumière sur les instigateurs et manifestants brutaux des derniers événements pré et post-électoraux.

Quand il y a de morts et des blessés du côté des forces de défense et de sécurité publiques, ou il y a des dégâts sur des édifices publics et privés, c’est que les manifestants n’ont plus marché mouchoirs en mains.

Ils ont utilisé des armes de guerre et ont posé des actes de terrorisme. Aussi, un homme politique ne devrait-il plus s’associer à ces manifestants, encore moins, en revendiquer la paternité.

Toute erreur de communication dans ce sens expose le politique à une culpabilité évidente, preuves à l’appui, dans une poursuite judiciaire qu’elle soit nationale ou internationale.

Et c’est curieux que le docteur Komi Koutché qui dit vivre dans le laboratoire mondial de la démocratie, veuille offrir si facilement à la République du Bénin, de le poursuivre aussi facilement devant les instances judiciaires nationale et internationale.

Si c’est par naïveté politique, elle vient de le conduire à une faute lourde. Mais le fait de ne pas tenir compte de la tentative d’assassinat des manifestants sur son propre frère, André Biaou Okounlola, corrobore, peut-être, la thèse que le jeune politique a été envoûté par les divinités du Bénin, au service du président Talon.

Celui qui a calé ce rendez-vous du docteur Komi Koutché sur Rfi, ne lui a rendu aucun service. Il l’a juste tué. Peut-être que ce dernier était même au service du président Talon.

Qui dit le contraire ?

Aboubakar TAKOU

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR