Image default
Société

Interdiction des sachets plastiques non biodégradables au Bénin : Le ministre José Tonato du cadre de vie plaide pour une nouvelle législation

Les députés étaient en séance plénière hier, en présence du  ministre de l’environnement et du cadre de vie M. José TONATO qui a donné une communication aux élus du peuple suite à la question orale avec débat adressée au gouvernement par  l’Honorable Romaric Mèdégan Sèdami Fagla. La séance a été présidée par le président de l’Assemblée nationale Louis Gbèhounou Vlavonou.

Le gouvernement a donné une communication sur la gestion des sachets plastiques non biodégradable en république du Bénin. L’application des dispositions de la loi  2017-39 du 18 décembre 2017 portant interdiction de la production et importation, de la détention de la commercialisation et de la distribution et l’utilisation des sachets plastiques en République du Bénin n’est pas rassurante. C’est d’ailleurs suite à ce constat amère que le député Mèdégan Fagla Sèdami Romaric a usé d’une de ses prorogatives pour poser une question orale avec débat au gouvernement qui a choisi de venir entretenir les  députés sur les mesures misent en œuvre par le gouvernement pour réduire les effets négatifs de la mise en circulation des sachets plastiques non biodégradables en république du Bénin jusqu’à ce jour depuis l’avènement de cette loi au Bénin. Au titre des dispositions, le gouvernement entend renforcer la législation anti production et commercialisation des sachets non biodégradables en s’appuyant sur les collectivités locales pour  plus d’impacts à laisser entendre le ministre José Tonato, du cadre de vie «  …Pour le contrôle systématique  de la qualité des sachets au port, aux frontières et à l’intérieur du territoire national, le gouvernement  a commandé des détecteurs de sachets plastiques, je tiens à préciser que sur la base du fondement de la loi, les services de contrôle à la frontière peuvent également procéder à la vérification et détecter des sachets plastiques non biodégradables, les évaluations sont en cours au niveau  du gouvernement  pour apprécier la possibilité d’une subvention pour l’importation des sachets non biodégradables. Et tenant compte des dispositions dans l’espace CEDEAO et UEMOA pour l’harmonisation des questions d’interdiction des sachets plastiques non biodégradables, le gouvernement pourra procéder à des corrections des mesures pour se conformer aux directives qui seront prises dans ces espaces communautaires » Comme l’auteur de la question plusieurs autres députés ont pris la parole pour demander au ministre de redoubler plus d’effort afin d’empêcher l’accès des sachets plastiques au marché béninois, ils n’ont pas manqué d’apostropher  la douane béninoise qui selon eux reste encore le pôle d’entrée des sachets plastiques à travers les frontières béninoises avec nos pays limitrophes . L’He Sèdami  Fagla tout en saluant les efforts mis en œuvre espère fortement  des solutions pour l’interdiction des sachets plastiques. Le premier résultat selon elle devrait être la disparition des sachets d’eau dits « pure water » en s’interrogeant sur le pourquoi le gouvernement n’arrive pas à interdire l’utilisation de ces types de sachets d’eau.

Ernest F. Latoundji

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR