Le Béninois Libéré
Image default
Société

Incident survenu au CNHU : Richard Boni appelle à situer les responsabilités

04 morts, c’est le bilan enregistré après l’incident survenu au CNHU de cotonou pour des raisons de coupure d’électricité. Une nouvelle qui a attristé tout le peuple béninois et qui d’ailleurs continue de nourrir des polémiques.Très actif sur les questions de développement et du bien-être des citoyens béninois, le Socio-économiste et politologue, Richard Boni a opiné sur cette actualité. Pour lui, les raisons avancées ne tiennent pas. << Ces 4 morts sont pour une raison absurde» avant d’ajouter que «sous d’autres cieux, la santé du peuple est prise au sérieux». En outre, à travers son discours sur sa page Facebook , il profite de l’occasion pour s’adresser au chef de l’Etat dans l’espoir que celui-ci prenne ses responsabilités jusqu’au bout et que les responsables de cet acte soient sévèrement punis.

Kevin da-SILVAA

lire ici l’intégralité de son message de ce lundi 10 octobre 2022Bonjour Terrien,ne,s4 morts pour une raison absurde. 4 morts qui pourraient être nos parents, nos amis, des proches, ou nous-mêmes. 4 morts inutiles et 4 morts de trop.Je suis attristé, profondément déçu qu’en 2022, dans mon cher pays, l’on meure d’une coupure d’électricité, dans l’hôpital dit de référence du pays. Je suis atterré, dévasté. J’ai la chance de me soigner hors du pays, là où les hôpitaux ne sont pas des mouroirs Mais combien de Béninois ont la même chance que moi? J’ai le privilège d’exiger une qualité irréprochable de soins, mais qu’en est-il de mes compatriotes qui n’ont nulle part ou aller, et pas d’autre option que de se vouer à la Divine Providence en se rendant dans ces lieux négligés, peu équipés, et où il est désormais impossible qu’un groupe électrogène fonctionne normalement en cas de panne électrique. Sous d’autres cieux, le directeur général du CNHU et le ministre de la Santé auraient déjà fait une déclaration publique annonçant leur démission. Mais ici, dans mon cher pays, cela ne risque pas d’arriver. Ils peuvent dormir tranquilles et manger en paix. Il n’y a eu que 4 morts après tout. 4 morts ce n’est rien. 4 familles endeuillées, sur 12 millions d’habitants, qu’est-ce que cela représente ? Sous d’autres cieux la santé du peuple est prise au sérieux, elle est prioritaire et n’est pas sacrifiée sur l’autel des ambitions personnelles, ou des réalisations touristiques tape-à-l’œil, faisant étalage d’une mégalomanie à faire vomir. Dans le même temps un hôpital public, le plus grand du pays manque de produits de première nécessité, et les plaintes du personnel soignant sont ignorées, et surtout leur droit de grève bâillonné. Sous d’autres cieux, un deuil national serait prononcé et cette situation adressée comme il se doit. J’ose croire que cette fois-ci, les promesses d’enquêtes et de sanctions, faites à grand renfort de communiqués laconiques, ne s’éteindront pas après quelques jours. J’ose croire, cher monsieur le président de la République, que vous prendrez vos responsabilités jusqu’au bout, et que les responsables seront sévèrement punis. Pas seulement par devoir moral envers ces 4 morts, mais aussi par respect envers votre peuple tout entier. De tout cœur avec mon pays Boni Richard Ouorou

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR