Le Béninois Libéré
Image default
Politique

Impunité, situation de deux poids deux mesures au sommet de l’Etat : MADAME TALATA COUVE DES ŒUFS POURRIS QU’ELLE SERT À TALON POUR LE CONSTIPER

(Le président court le risque d’une intoxication judiciaire et démocratique)

C’est aujourd’hui un secret de polichinelle que la Rupture censée révéler le Bénin à travers le bien, la vertu et son potentiel, commence aussi par se noyer dans ses propres travers. Et pour cause, pendant qu’on emprisonne d’autres pour des intentions de vol de poulet parce qu’ils sont plus ou moins opposés au système en place, de vrais criminels qui sont à la base de ce visage lugubre donné à la Rupture, se pavanent dans les bureaux, vont à la présidence, rigolent et boivent avec des autorités de la justice béninoise.

Ils savent qu’ils sont intouchables. Ils sont les enfants chéris de la Rupture. Tout ceci parce qu’ils ont les bons parents et parrains. Et c’est le cas du CA d’un arrondissement de Pèrèrè et de celui du Ddemp Alibori.

Ils sont du parti de la vice-présidente Chabi Tatata. Et tant qu’ils roulent pour elle, ils sont de la bonne région, c’est-à-dire de sa circonscription électorale, la Rupture n’aura aucune prise sur eux.

À Pèrèrè, parce qu’il est une nouvelle recrue Up le CA Bio Bata qui a distrait les sous de ses mandants et qui devrait répondre de ses actes devant la justice, est libre et est même devenu un exemple de réussite. On lui a même donné une voiture pour embellir son image pendant que ses mandants n’ont que leurs yeux pour pleurer.

Évidemment, il est Up comme les ministres de l’intérieur Alassane Séidou et Sévérin Quenum de la justice avec la baronne de cette nouvelle mafia, madame Chabi Talata, vice-présidente de la République.

Bio Bata, avec cette nouvelle carapace, est aux anges et ne peut plus rien craindre. Il peut même violer une petite fille de 10 ans, il est la JUSTICE. La justice n’est pas faite pour lui. Il est maintenant du même parti politique que deux grands ministres.

Même cas pour le Ddemp de l’Alibori, Bio Togou Zimé, qui se balade avec les moyens de l’Etat, de sa direction à réunir des enseignants Up à la cause de son parti tout en menaçant les autres d’affectations punitives s’ils ne se décident pas à adhérer à l’Up.

Tous ces contre-exemples de la Rupture, au lieu de faire objet de sanctions, sont aujourd’hui érigés en réussites du fait de leurs liens de parenté et d’appartenance au même parti que la vice-présidente Chabi Talata.

Du coup, le nom Talon qui suscitait peur et admiration, fait aujourd’hui simplement rire. Madame Talata a donc des raisons de parler de ses chances de succession au président Talon en 2026. Heureusement que du fait de ses agissements qui mettent aux prises deux catégories de militants Up, ceux du clan de ses amis et parents, aussi vomis qu’elle, contre les amis des populations, l’Up a aujourd’hui tout pour mourir de sa propre mort dans le Septentrion.

Aboubakar TAKOU

1 commentaire

Gérard 12 mars 2022 at 10:38

Même ça cousin !
On est ensemble bro !

Réponse

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR