Le Béninois Libéré
Image default
Société

Gros scandale domanial au Suprem Planurba : LE CERVEAU DU CRIME GARDÉ À VUE AU COMMISSARIAT DE GODOMEY : DES INTERVENTIONS PLEUVENT POUR SA LIBÉRATION

Ce n’est pas pour rien que le président Talon a fini par décider de la création d’une cour spéciale pour connaître des dossiers domaniaux en République du Bénin. Les crimes dans ce domaine dépassent l’entendement et les tribunaux classiques se retrouvent parfois impuissants face aux génies dont font montre les spécialistes de vols de parcelles au Bénin.

Une petite affaire de vol de parcelle aggravée par une décision de justice obtenue à la va-vite pour arracher à une victime qui n’a jamais été convoquée encore moins informée d’une quelconque procédure sur son bien, vient de permettre d’ouvrir la boîte de pandore.

Le nid de cette escroquerie grandeur nature se trouverait au Suprem Planurba sensé aidé l’Etat à régler dans les règles de l’art l’urbanisation et aidant dans une certaine mesure à limiter les dégâts dans la gestion du foncier.

Dans cette maison, en effet, s’est créée une mafia qui ferait pâlir d’envie d’apprentissage la fameuse mafia italienne. À la tête de cette dangereuse pieuvre qui imite toutes les signatures des responsables de ce pays, se trouve un homme très proche du premier responsable de cette structure, l’ancien ministre Gérard Kouassi.

Pour certains, le sieur Viahoudé Daniel serait venu dans cette structure comme simple gardien et sans pouvoir écrire son propre nom, il est devenu pour certains, un géomètre. Pour d’autres, c’est le chauffeur personnel du ministre Kouassi. Mais ce qui est généralement admis, il est riche, roule de grosses voitures neuves, a de grandes maisons à Cotonou et maîtrise comme personne les supercheries domaniales.

À la perquisition de son domicile hier, samedi 11 juin 2022, à son interpellation, la police a récupéré une tonne de documents, ordinateur et conventions falsifiées attestant la nature des comportements de ce dernier.

Parcelles créées en 2004 et recasées trois ans plus tôt alors que dans la norme, il faut une création avant un recasement, bref tous les éléments sont au rendez-vous pour confirmer que la maison du sieur Viahoudé Daniel, est une usine de fabrication et de création de parcelles en République du Bénin.

Mais il a fallu son interpellation et sa garde à vue pour que fusent de toutes parts des interventions de politiques béninois, d’hommes de justice pour faire pression aussi bien sur le commissaire de Godomey que sur le procureur du tribunal d’Abomey-Calavi.

Étant le cerveau de cette vaste escroquerie foncière, une lumière sur lui risque de mettre à nu plusieurs cadavres et preuves matérielles de crimes qui ont cours au Suprem Planurba. Une structure dans laquelle un ministre de Talon aurait des actions pour être un des associés non déclarés.

On comprend donc pourquoi il faut sortir coûte que coûte Viahoudé Daniel des liens de la justice. Mais pourquoi libérer le cerveau d’un si grand réseau alors qu’il permettra d’arriver au bout de ce virus qui ronge la quiétude du président Talon ?

Dossier à suivre de très près par notre rédaction.

Sidick Bagoudou

2 Commentaires

DJOSSOU 12 juin 2022 at 1:04

Vraiment c’est sérieux hein mais

Réponse
Athanase Atindoko 12 juin 2022 at 3:47

Un journal de référence.

Réponse

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR