Le Béninois Libéré
Image default
Société

Grogne des consommateurs des produits GSM : Le Dg Arcep Flavien Bachabi sur des braises des Béninois

Ça bourde, ça crie un peu partout sur les réseaux sociaux qu’au sein de l’opinion publique. Le coût de l’internet et le débit vendu aux consommateurs ne sont pas du goût des Béninois car les forfaits de mégaoctets (Mo) vendus finissent rapidement comme du beurre au soleil. Ceci au vu et au su des membres de l’Autorité de Régulation de la Communication électronique et de la Poste, dirigé par le Flavien Bachabi.

En effet, il est important de reconnaître que depuis l’avènement du code du numérique, les opérateurs de téléphonie mobile n’ont plus la main libre dans les offres des services aux abonnés. Et pour cause, l’un des attributs de l’ARCEP l’amène à encadrer les offres tarifaires des réseaux GSM.


C’est d’ailleurs l’une des raisons ayant justifié une réponse du réseau GSM MTN aux internautes qui les renvoie vers l’institution chargée de la régulation des communications.

Quid de l’encadrement qui livre les consommateurs ?


S’il est vrai que l’encadrement vise à maîtriser les offres tarifaires des réseaux GSM, il n’en demeure pas moins vrai que l’ARCEP est responsable des trop-pleins perçus sur la communication des consommateurs. Puisque l’institution observe bien les dérives et reçoit des plaintes des consommateurs sans pour autant leur donner une justification satisfaisante. Puisque dans ce pays, un réseau GSM a prélevé des fonds sur le compte argent des abonnés et une fois informé, l’ARCEP a joué un jeu pas trop catholique. Ce qui n’était pas d’ailleurs du goût de plusieurs abonnés. Tout porte à croire que l’ARCEP au lieu de travailler à offrir une meilleure communication avec des tarifs exemplaires aux abonnés complote contre ceux-ci pour le bonheur de son budget et ce en défenseur des réseaux GSM.
Et tout ceci vu que le rôle de régulation de l’institution tarde à être cerner par bon nombre d’abonnés et que l’ARCEP même se plait dans ce flou. Pour donc éviter de cautionner cela, il convient donc de trouver des alternatives pour fermer cette structure et transférer ses attributions à la HAAC pour une bonne régulation des réseaux GSM.
Sinon, allure où vont les choses, les abonnés des réseaux GSM risquent de vendre leurs testicules ou reins juste pour s’offrir des forfaits. Malheureusement, ils ne pourront pas compter sur un quelconque soutien de l’ARCEP. Car il n’y a pas une lueur d’espoir pour une diminution du coût de l’internet, du débit et du coût des appels déjà trop chers au Bénin. Pire, il n’y a plus de concurrence entre les deux réseaux GSM qui se partagent le marché. Ce qui fait que les internautes disent que Flavien Bachabi et les autres membres de l’ARCEP dorment et continueront à dormir.
Dans notre prochaine parution, nous allons vous montrer comment l’ARCEP défend mieux les réseaux GSM que les abonnés qui veulent des offres tarifaires répondant à leurs économies.

Alfred Sossou

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR