Le Béninois Libéré
Image default
Société

Fin des 1ères journées scientifiques de la Ligue Béninoise contre l’épilepsie : Pari gagné pour le Pr Adjien et les siens

Les Premières journées scientifiques de la ligue béninoise contre l’épilepsie placées sous le thème « épilepsie et famille » ont pris fin ce mercredi 30 novembre 2022. Pendant deux jours, d’éminents professeurs en neurologie, en épileptologie et en neuropédiatrie ont partagé leurs connaissances et savoir-faire avec des professionnels de la médecine et des patients vivant avec l’épilepsie.


Pour le compte de la deuxième journée de cette rencontre d’échanges, les manifestations ont eu lieu à la Faculté de Sciences de Santé (FSS) où le ministre de la santé, Benjamin Hounkpatin, et son homologue de l’enseignement supérieur, Eléonore Yayi Ladékan, sont venus encourager les organisateurs et les participants. Pour le président de la Ligue béninoise contre l’épilepsie, le Professeur Constant ADJIEN, cette première édition est une réussite. « Nos éminents professeurs venus de la France, du Sénégal, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire et du Bénin programmés ont tous fait leur présentation. L’Association des parents et patients épileptiques a été créée et les participants sont partis satisfaits des échanges. C’est un acquis que nous pensons pérenniser », a déclaré le professeur ADJIEN.


Une satisfaction également partagée dans le rang des professeurs présents à ces journées scientifiques. Pierre GENTON, neurologue venu de la France se dit content d’avoir participé à ces premières journées car cette activité vient impacter le secteur sanitaire dans la lutte contre l’épilepsie que ce soit au plan sous-régional ou africain.
Comme annoncé, l’association des parents et patients épileptiques a été donc portée sur les fonts baptismaux. Avec un bureau de 5 membres, elle est présidée par Naomi SOMAKPO ADANDE. Pour cette dernière, une mission importante les attend. « Notre première mission est de sortir les épileptiques de l’ombre car ils ont le droit de vivre en société comme toute personne. Et cela ne peut que passer par les sensibilisations », a-t-elle affirmé la présidente.
Des communications données pendant ces deux jours de congrès, il est à retenir que l’épilepsie est une maladie neurologique non contagieuse. Elle peut subvenir chez tout individu. Vite détectée, un traitement adéquat peut sauver le patient.

A l’issue de ces journées, tous les participants sont sortis aguerris, en promettant mieux informer leur entourage sur la maladie afin que cesse la stigmatisation.

Gloria AKOAKOU

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR