Le Béninois Libéré
Image default
Politique

Échec du Br dans les 8ème, 12ème, 19ème CE et autres : TALON DOIT SANCTIONNER ADAMBI, TOKO, GBADAMASSI ET LES AUTRES

Le sentiment paternaliste du président Talon à l’endroit du parti de son ministre d’État, n’est plus à démontrer. Il l’a même souligné à la rencontre qu’il a eue récemment avec les responsables des deux Blocs. Une discrimination positive qui a placé le Br en priorité dans le cœur du président Talon. 

Mais ce même amour doit appeler rigueur à l’encontre des enfants gâtés de ce groupe. Dans la 19ème circonscription électorale où les malentendus et autres problèmes d’égo ont tué l’esprit de discipline et de solidarité pour ce piètre résultat d’un seul député, le président doit appeler le Sgn du parti à lui présenter un rapport qui devra induire des sanctions très sévères. Ça ne fait pas du Patrice Talon que des éléments d’un même parti sous la présidence de l’homme du système partisan, tournent dos à la rigueur du vivre-ensemble pour s’amuser à écouter leurs égo et caprices. C’est purement manquer du respect à l’homme dont la priorité est la discipline, que d’agir de cette façon. 

Même cas pour la 12ème où l’ancien maire de Dogbo a jugé bon d’aller à Lomé pour qu’on ne le tienne pas pour responsable dans un éventuel échec de son frère ennemi David Gbahoungba. Ces deux éléments, qui ont fait perdre le siège au Br, méritent une sanction à servir de leçon aux autres. 

Pour la 8ème, c’est la catastrophe. La situation était d’autant plus prévisible que le président Talon lui-même a sacrifié toute son énergie en appelant ses trois garçons Adambi, Toko et Gbadamassi pour leur parler en père. 

Pour être sûr que ça marche, il fait sceller le destin des trois assorti de menace de sanctions. Il faut que la tête de liste Samou Adambi parvienne à ramener au moins 03 sièges pour conserver son fauteuil au gouvernement afin que Charles Toko, qui veut aller à l’Assemblée, siège. 

Cette carte majestueusement trouvée par le chef de famille, le président Talon, aurait suffi à faire avaler à chacun, son gros égo. Mais qui est Talon ? Il a dit pour lui. Les trois candidats Adambi, Toko et Gbadamassi ont multiplié Abt par zéro. Déjà que son chef le président Talon ne pouvait plus les réconcilier. 

Sur le terrain, sans coordination, chacun est allé de son côté. Pendant que Adambi et Toko se regardaient toujours en chiens de faïence,  Gbadamassi, lui a choisi de détruire les plans de Yayi dans les villages et hameaux, les périphéries de la 8ème circonscription électorale. 

Conséquence de la mésentente et la non-coordination, le Br n’a même pas pu exister à Parakou. C’est à peine que la paire Adambi-Toko a réuni 10 mille voix alors que le Br contre Les Démocrates avait tout. Maire, Préfet et tous les autres attributs du pouvoir. C’est la mésentente Adambi-Toko qui a aliéné la suprématie de la mouvance à Parakou et par conséquent dans la 8ème circonscription électorale. 

Ne pas les punir pour donner un signal fort serait synonyme de favoritisme de mauvais aloi dans un contexte où le chef de l’État lui-même a dit, plus jamais ça. 

Tous ceux qui en dehors du fait qu’ils n’ont pas aidé le Bloc républicain, l’ont tué pour fragiliser le président Talon face au belliqueux Yayi toujours prêt à tout sacrifier pour mettre la Rupture en difficulté, méritent une bonne sanction. Le Br est un grand parti. Le plus organisé et le mieux géré de la galaxie politique nationale. Ce résultat n’est pas le sien et ceux qui l’y ont poussé doivent payer.

À suivre ! 

Aboubakar TAKOU

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR