Le Béninois Libéré
Image default
Société

Difficultés dans les compositions de l’examen du Bepc à Cotonou : QUEL CADRE A RETENU LE CENTRE MARTIN LUTHER KING DE COCOTOMEY ?

Bordel est un mot faible pour désigner le stress auquel les organisateurs de cette session de juin de l’examen du Bepc, ont plongé les jeunes candidats.

Un centre inaccessible parce que inondé sur tout son périmètre, un immeuble de trois étages fermé aux enfants depuis hier et ouvert ce matin dans un désordre qui baigne dans une dictature animale avec un soi-disant chef centre pas plus haut qu’une pomme et qui les jouait à Hitler sur les enfants et parents d’élèves.

On ne sait diable au nom de quel texte, le centre a été fermé aux enfants à 06 heures 10 mn? Je précise, 06 heures 10 mn. Ce qui a donné lieu à un embouteillage monstre où parents d’élèves et candidats se piétinaient pour approcher les tableaux de fortune sur lesquels les noms et numéros de salle des candidats sont inscrits.

Pendant ce temps, un moustachu qui se prenait pour le Pape a fermé le portail aux candidats gardant la clé en Saint Pierre aux diablotins.

Les candidats de ce maudit centre n’ont rien eu de plaisant pour cette première journée. On se demande au nom de quoi pour un premier test, le ministre Kouaro Chabi a choisi de stresser des adolescents qui avaient besoin juste un peu de respect et de commodité pour aborder cet examen.

Bien de parents d’élèves avaient voulu bousculer le portail mais respectueux de la quiétude des enfants, ils ont bu à la lie cette animosité de cet amas de cruels recrutés pour fatiguer les enfants avant les épreuves.

Mais si le bordel continue, nul doute qu’il y aura de scandale dans les heures qui suivent. Le directeur général de la police républicaine a intérêt à convoyer des éléments de police pour éviter un accrochage entre ces barbares et les parents d’élèves.

À suivre !

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR