Le Béninois Libéré
Image default
Société

Désordre orchestré par à Agonlin : Les éléments qui confondent Zéhè

(Dah Kini Dégbé Gandaho reçu par des autorités royales)

Dans un communiqué en date du 06 décembre 2022, dada Zéhè, roi d’Agonli a suspendu Dah Kini Dégbé Gandaho, chef de la collectivité Gandaho, de toute charge liée à ses fonctions de 1er Ministre du roi Affodjènoukon, qui lui confèrent des pouvoirs de chef de tous les « Vodounon » de Naogon. En effet, cette décision est issue d’une rencontre initiée par Dada Zéhè, le dimanche 04 décembre 2022, sur la gestion d’un contentieux au couvent de Yami à Covè Athogon.


Il ressort de cette rencontre que Dah Kini Dégbé a intronisé Adrien Gandaho comme Galagbo en vertu des pouvoirs qui lui sont conférés parce que Adrien Gandaho a été le choix des ancêtres. Raison pour laquelle la cérémonie de son intronisation a eu lieu dans l’enceinte de la divinité en présence des membres de sa famille. Mais dans la foulée, dada Zéhè a intronisé une autre personne comme Galagbo dans une autre maison et surtout pas devant la divinité comme exigé dans les us et coutumes ancestrales.
Surpris par ces événements qui visent à l’humilier et à salir son image, Dah Kini Dégbé est descendu expressément de Paris pour reprendre les choses en main. A cet effet, dans une démarche pacifique et emprunte de sagesse, Dah Kini Dégbé a eu un tête-à-tête avec le roi de Kika, sa Majesté Gangorosuambou, secrétaire du haut conseil des rois du Bénin, qui a duré plus d’une heure d’horloge afin que sa couronne aide à calmer la situation et non à fortifier la tension.
Toujours dans la même dynamique, Dah Kini Dégbé s’est rendu au palais royal du roi Toffa de Porto Novo, sa majesté Dêgbêzé Ayontinmè Toffa 9, 1er vice-président de la Haute autorité royale du Bénin et président du Conseil des souverains et dignitaires de l’Ouémé et Plateau.
Après 2 heures d’horloge d’échanges, le roi Toffa de Porto Novo invite les différents camps à fumer le calumet de la paix. « C’était une séance de joie pour moi car la visite de cette personnalité m’honore. Il pouvait ne pas venir me voir mais il a préféré la voie pacifique. Ce que les ancêtres apprécient. » A-t-il affirmé avant d’ajouter « je prie que mes compères choisissent la manière la plus douce pour régler les problèmes de la tradition. » Il suggère au roi d’Agonlin et ses ministres de rechercher les différents contours de cette situation afin qu’une issue favorable soit trouvée. « Je souhaite que ces activistes se revoient ou s’asseyent pour discuter afin de trouver la meilleure des solutions… car partout où nous sommes, nous devons saisir les brèches de la paix et l’entretenir davantage… Je suis très touché par le déroulement des faits. Tout promettant que des diligences seront faites pour la résolution de cette situation, le roi Toffa a dit ne souhaiter que la paix dans toutes ses dimensions dans la région agonlin.
Selon les réalités traditionnelles africaines, le roi et le chef de collectivité n’ont pas le même champ d’action, précise-t-il. C’est le roi qui nomme les chefs collectivités et en retour ceux-ci nomment les chefs de chaque divinité pour l’harmonie des choses. Et donc chacun a son couloir de gouvernance et choisit les ministres et chef de divinité en fonction de leur rôle afin que ceux-ci les accompagnent dans l’accomplissement de leur mission, a fait savoir le roi Toffa de Porto-Novo. Des propos qui démontrent un excès de zèle du roi Zéhè.
Il faut signaler que Dada Zéhè a eu à initier une séance d’échange avec les membres de la cour royale et les membres de la collectivité Gandaho en absence du chef de la collectivité Gandaho, Dah Kini Dégbé dont un rapport a été fait. Ce rapport porte la signature de Mathias Gandaho qui ne se reconnaît pas dans un mensonge grotesque car il estime que sa signature qu’il a apposée sur la liste de présence a été scannée et utilisée à d’autres fins.
« C’est vrai que j’ai assisté à la réunion et chacun a signé sa présence mais j’ai constaté après que c’est moi qui ai fait le rapport de séance et signé. C’est faux et archi faux. Mon niveau d’instruction ne me permet pas de faire un tel rapport qu’ils ont déposé au tribunal », a déclaré Mathias Gandaho avant d’ajouter « je ne suis pas d’accord et je ne souhaite pas que les faits me rattrapent demain. »
Dah Kini Dégbé qui s’est senti trahi, offusqué, a préféré laisser la justice de son pays aller au bout du dossier. Mais Si dada Zéhè tient à ce que Dah Kini Dégbé retire sa plainte, il doit cesser tous ses chantages à son encontre. Il doit revenir à la raison afin que les deux puissent enfin fumer le calumet de la paix au lieu de chercher à l’humilier en amenant les affaires internes sur la place publique. Vivement que Zéhè sache respecter désormais son couloir pour le retour de la paix dans la région agonlin.

Oscar S. MEDO-ADOKON

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR