Image default
Politique

Dénonciation des manœuvres de déstabilisation du Bénin : Gbadamassi n’a fait que son devoir

« Selon que vous serez puissant ou misérable Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. » A dit Jean de La Fontaine dans sa fable, Les Animaux malades de la peste (1678). Aujourd’hui avec la révolution 2.0, c’est la toile, les réseaux sociaux qui s’érigent en des tribunaux pour juger les gens selon leur bon vouloir, leur humeur et le type de relations qu’ils entretiennent avec ces personnes.

Donc, quand vos déclarations ou faits et gestes les arrangent, vous êtes bons, dans le cas contraire, vous êtes la pire espèce que l’humanité n’a jamais connue. C’est cette mauvaise rançon qui est aujourd’hui celle du député de la 8ème circonscription électorale Rachid Gbadamassi pour avoir dénoncé la déstabilisation du Bénin envisagé par certains.

En effet, pour avoir dénoncé lors de sa conférence de presse du jeudi 18 février 2021, la candidature de Réckya Madougou et qualifié de « conflit de souveraineté » et « d’insécurité politique », on n’a pas trouvé mieux que de s’en prendre à lui au lieu de se mettre de son côté pour faire front contre ceux qui veulent passer par Madougou pour mettre en place leur plan machiavélique.

En affirmant « Je n’ai qu’un seul pays, le Bénin », le député a dit opté pour l’intérêt supérieur du Bénin au lieu de ceux inavoués à coups d’argent pour déstabiliser le pays. Si certaines personnes ont d’autres pars pouvant les héberger en cas de problème, Gbadamassi dit que lui n’en a qu’un seul pays, le Bénin, et pour ce faire, il se fait le devoir de le protéger et d’œuvrer à mettre hors d’état de nuire toute déstabilisatrice.

C’est aussi simple que dans sa verve contre la candidature de Madougou qui fort heureusement a été même recalée pour défaut de parrainages. Bref, arrêtons de tout résumer à l’argent pour voir la justesse du combat que mène le député contre les forces extérieures et déstabilisatrices. Vos arguments ne valent pas une plume face aux faits dénoncés par Gbadamassi. Apprenons à nous mettre à faire la part des choses au lieu de longs bavardages sans rien de nouveau.

Dénonciation des manœuvres de déstabilisation du Bénin : Gbadamassi n’a fait que son devoir« Selon que vous serez puissant ou misérable Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. » A dit Jean de La Fontaine dans sa fable, Les Animaux malades de la peste (1678). Aujourd’hui avec la révolution 2.0, c’est la toile, les réseaux sociaux qui s’érigent en des tribunaux pour juger les gens selon leur bon vouloir, leur humeur et le type de relations qu’ils entretiennent avec ces personnes.

Donc, quand vos déclarations ou faits et gestes les arrangent, vous êtes bons, dans le cas contraire, vous êtes la pire espèce que l’humanité n’a jamais connue. C’est cette mauvaise rançon qui est aujourd’hui celle du député de la 8ème circonscription électorale Rachid Gbadamassi pour avoir dénoncé la déstabilisation du Bénin envisagé par certains.

En effet, pour avoir dénoncé lors de sa conférence de presse du jeudi 18 février 2021, la candidature de Réckya Madougou et qualifié de « conflit de souveraineté » et « d’insécurité politique », on n’a pas trouvé mieux que de s’en prendre à lui au lieu de se mettre de son côté pour faire front contre ceux qui veulent passer par Madougou pour mettre en place leur plan machiavélique.

En affirmant « Je n’ai qu’un seul pays, le Bénin », le député a dit opté pour l’intérêt supérieur du Bénin au lieu de ceux inavoués à coups d’argent pour déstabiliser le pays. Si certaines personnes ont d’autres pars pouvant les héberger en cas de problème, Gbadamassi dit que lui n’en a qu’un seul pays, le Bénin, et pour ce faire, il se fait le devoir de le protéger et d’œuvrer à mettre hors d’état de nuire toute déstabilisatrice. C’est aussi simple que dans sa verve contre la candidature de Madougou qui fort heureusement a été même recalée pour défaut de parrainages.

Bref, arrêtons de tout résumer à l’argent pour voir la justesse du combat que mène le député contre les forces extérieures et déstabilisatrices. Vos arguments ne valent pas une plume face aux faits dénoncés par Gbadamassi. Apprenons à faire la part des choses au lieu de longs bavardages sans rien apporter de nouveau.

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR