Le Béninois Libéré
Image default
Politique

Démission de Djogbénou à la tête de la Cour constitutionnelle : TALON VIENT DE DÉSIGNER SON DAUPHIN

(Djogbénou essayera de maquiller l’évidence à sa conférence de presse)

Le chronogramme de cette démission surprise du professeur Joseph Djogbénou a bien pu faire croire à sa candidature pour les élections législatives pour prendre le perchoir. Mais dans la réalité, c’est tout faux. Le président de la Cour constitutionnelle n’a pas pu démissionner de la tête de cette institution pour venir occuper la présidence de l’Assemblée.

L’homme politique dont l’étoile est en phase ascendante depuis une décennie, est plus ambitieux que cela. Il vise plutôt loin et le fait que le président Talon ait été dans ce coup de démission en dit long sur le projet auquel le prédestine Patrice Talon.

Qui mieux que Joseph Djogbénou, son avocat, l’homme toujours en phase avec les pires rêves de Talon, va le rassurer quant à une retraite paisible dans la continuité de voir ses réformes se poursuivre? En lui permettant de démissionner de la Cour constitutionnelle pour se remettre dans l’arène politique, le président de la République a dévoilé son dauphin à toute sa famille politique pour éviter que celle-ci se perde dans les conflits inutiles et souvent périlleux pour les fins de mandat d’une famille politique.

Destin d’unificateur comme Patrice Talon lui-même, Joseph Djogbénou est aujourd’hui au sein de cette famille mouvancière (Br, Up, Prd et Moele-Bénin) le seul qui peut se flatter de pouvoir incarner l’adhésion totale quand viendra le temps pour le président sortant de le désigner officiellement pour porter les espoirs de la famille rupturienne à la présidentielle de 2026.

Penser, en se basant sur le chronogramme de cette démission, que Djogbénou veut voir du côté du parlement, est une erreur. Talon a déjà choisi son dauphin plus tôt pour éviter la malédiction de l’ère où le père de famille rêvant d’un hypothétique retour au pouvoir, finit par laisser les ambitions déchirer la cohésion dans la famille. Ce que le stratège Talon n’est pas. Djogbénou est donc bien parti pour permettre à l’esprit Talon de régner encore minimum 10 ans après 2026.

Au cours de la conférence de presse qui aura lieu ce jour à Novotel hôtel de Cotonou, l’ancien président de la cour constitutionnelle va tenter d’esquiver face aux professionnels des médias, le but réel de cette démission. Ce sera peine perdue.

Aboubakar TAKOU

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR