Image default
Politique

Décision du président Talon de reconduire la plupart de ses ministres : Un groupe de députés boude et complote

Ils étaient encore en réunion hier et ont même trouvé les moyens de cotiser chacun 200 mille francs Cfa pour financer leur mouvement de sécession.

Au sein de cette dizaine de députés, se trouvent les fidèles de l’ancienne candidate des Démocrates, Réckya Madougou. Ce sont eux qui, sous l’odeur alléchée de l’argent frais, avaient convaincu la pensionnaire de Missérété, qu’elle pouvait compter sur eux pour avoir le parrainage.

Mais Rachidi Gbadamassi par ses dénonciations à sa conférence de presse de l’hôtel Sun Beach, a plombé les ailes de leur funeste plan de déstabilisation du pays.

Déçus de voir tout le projet s’écrouler, ils étaient prêts à claquer la porte, déclencher une secousse sismique à l’Assemblée nationale quand ils ont été obligés de réviser leur position en voyant la détermination du président Patrice Talon à mettre les bouchées doubles pour un K.O à cette présidentielle. Sachant qu’il n’y aura même plus de second tour, ils ont compris qu’il n’y avait plus de moyens de rêver d’un quelconque chantage, leur mode de fonctionnement.

Dans le même temps, l’ex-candidate a été rattrapée par des affaires qui l’ont conduite en prison. Du coup, ils n’avaient plus d’autres choix que de rentrer dans les rangs même s’ils ne devraient pas mouiller le maillot pour la réélection de celui qui est leur leader.

Mais là, c’est la décision du président de briser leur rêve d’infiltrer le gouvernement par l’entremise d’un remaniement, qui les pousse aujourd’hui à la recherche d’un moyen de pression en activant la création d’un groupe parlementaire dans les jours à suivre.

Malheureusement pour eux, le président Talon est très renseigné pour avoir l’information de leur regroupement d’hier où deux d’entre eux avaient fait faux bond.

Mais c’est le style trop bon père de famille du Secrétaire général national (Sgn) Abdoulaye Bio Tchané qui aura favorisé ce bordel dans son camp. Le refus de prendre des sanctions contre des fautifs sous prétexte de consolider le groupe fait toujours pousser des ergots aux plus récalcitrants.

Les services compétents de la présidence ont déjà la liste de cette dizaine de députés dont les meneurs ont pour initiales : SN, AD, KA, GD, DB et TC.

Abdoulaye Bio Tchané avait mille raisons pour sanctionner durement la plupart d’entre eux quand ils avaient choisi de s’opposer et de trahir les consignes du parti aux dernières communales et municipales.

La balle est maintenant dans le camp du Sgn Abdoulaye Bio Tchané qui devra punir cette petite rébellion contre la décision de son leader et chef du gouvernement, Patrice Talon.

Affaire à suivre

Aboubakar Takou

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR