Image default
Politique

Consentir des sacrifices pendant les réformes : Un bon diagnostic fait en son temps par Yayi

Dire, n’est pas faire. Dire et faire, n’est donc pas donné à tout le monde car ce n’est pas facile d’aller au bout de ce qu’on n’a pensé, de ce qu’on voit et dit être la meilleure option pour réussir une mission ou réforme.

Dans la gestion des affaires d’un Etat, c’est la même chose. Ils y en a qui pensent et voient comment  parvenir à une chose sans pouvoir emprunter le chemin tracé et d’autres qui y parviennent. C’est le cas de l’ancien président Boni Yayi qui en son temps, avait fait un bon diagnostic. Il lui a manqué le courage pour passer à l’acte. D’où l’échec des réformes et son désarroi exprimer à travers cette déclaration : « Pendant que l´on fait les réformes nous devons accepter de consentir des sacrifices. Tout se passera bien. toujours des grèves des grèves sur des grèves.  Quand les gens veulent payer ils refusent de prendre. Qu’est qu’on veut faire du Bénin au juste ? Qu’est-ce qu’on veut faire du Bénin ? Et tout le temps des grèves des grèves.  Tout le temps on passe le temps à grever, grever tout le temps.  C’est la seule source de financement du pays tout le temps grever. Cette démocratie-là est une démocratie nescafé qu’on est en train de mener. Une démocratie Nescafé, Nescafé ! le président a fait ceci le président a fait cela et l’on se lance dans des grèves. On met tout un Peuple dans la souffrance.  Tout un peuple et on sait que c’est la seule source de financement.  Que l´assemblée prenne une loi interdisant le droit de grève. »

En d’autres termes, Yayi n’a pas su trouver l’alchimie nécessaire pour la mise en application de ses réformes. Tout le contraire du président Patrice Talon courageux et qui ne recule devant aucune difficulté parce que préparé d’avance et sachant surtout où il veut aller. On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs, dit-on. C’est pourquoi Talon passe à l’acte même si les gens crient car sachant que c’est le bien-être du grand nombre ou de tous qui est visé.

En aucun cas, il serait difficile d’obtenir à 100% l’adhésion d’un peuple à une réforme ; il faut faire avec en sachant que ce qu’on fait ou vise est pour le bien de ce peuple qui finira par le comprendre plus tard. Telle semble être la démarche du président Talon sur le chemin de la révélation du Bénin.

 AY

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR