Le Béninois Libéré
Image default
Société

Cherté de la vie/urgence de consommer local : LA PROPOSITION DE SADO DOIT ÊTRE TRANSMISE AU PARLEMENT POUR FAIRE L’OBJET D’UN VOTE

Alors qu’au Togo voisin, il y a un département ministériel consacré à la promotion de la consommation locale et au Burkina la promotion du Danfani local, que reproche-t-on au député Br Nazaire Sado? Y a-t-il meilleure forme de résilience contre cette cherté de la vie que le « comptons d’abord sur nos propres forces « ?

Pourquoi cette méchanceté politicienne contre une lumineuse idée qui ailleurs, allait être applaudie? Les Béninois ont un problème qui freine le développement de l’Afrique. Appeler à l’instauration d’une culture d’uniforme cousue en pagne local, c’est-à-dire, fabriqué ici chez nous par nos artisans, est une réplique révolutionnaire au message de cette crise de la cherté de la vie.

N’est-ce pas une honte de devoir dire partout que nous restons tributaires de la situation en Ukraine et qu’il faut prier que la situation se normalise là-bas. Ces Ukrainiens ont-ils un cerveau plus volumineux que le nôtre ? Pourquoi ne pas imiter les plus grands pour être le grand des plus petits?

Le gouvernement Talon devrait abonder dans le même sens que le député Br pour faire un projet de lois dans ce cadre-là. Ce serait une formule plus responsable et plus réaliste contre cette situation dont nous sommes les otages passifs.

Et c’est pourquoi le politique Bertin Koovi désapprouve la tournée gouvernementale qu’il aurait souhaitée être remplacée par la promotion par le gouvernement de l’économie fondamentale dont il a la science et que des grands pays ont adoptée.

Le Noir a des difficultés à réfléchir pour son propre bien. Sinon que la proposition du député Sado loin des railleries qu’elle a suscitées de la part des nôtres, devrait être applaudie et faire objet d’une adhésion populaire. Mais comme le Noir a comme une substance qui l’empêche de réfléchir pour son épanouissement, sa libération du joug de l’Occident, la  » Négrine « , cette substance imaginaire qui se trouverait dans le cerveau du Noir, lui empêchant de réfléchir positif, fait qu’on tacle le député Sado.

Espérons que le président Talon qui a parlé de Rupture pour dire rompre avec tout ce qui entrave l’accès à une économie de développement, arbitre pour montrer que l’option de l’économie fondamentale qui appelle à la consommation de ce que nous produisons ou de produire ce dont nous avons besoin, prime sur la fatalité.

Aboubakar TAKOU

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR