Image default
Société Takou

C’est fini ! Je suis  » mouru  » : Un ver de terre menace de mordre avec ses crocs

Je suis maintenant obligé de faire allégeance à mon frère-ennemi Vincent Mahugnon pour squatter son bunker. Le bandit de Ladislas Agbéssi m’a menacé. Qu’il vient la semaine prochaine à Cotonou, me punir.

J’étais content d’apprendre qu’il vient libérer Réckya Madougou le 11 mars prochain. Mais c’est pour moi-là qui me fait bougrement peur. Il m’a traité de crapaud. C’est sûr qu’il va me piétiner.

Soit, mon frère ennemi Vincent Mahugnon accepte de m’héberger dans son bunker, soit Taïrou m’aménage un petit local au palais avec 38 militaires pour ma sécurité.

Quand c’est un bandit aussi mal coiffé que moi, qui menace, il faut le prendre très au sérieux. C’est vrai que tout le monde l’a vu ici dans ses moments de prise d’une vilaine herbe, dire réclamer le corps du président Talon mort au Maroc. Qu’il aurait même déjà envoyé une requête à Rabat pour réclamer le corps d’un homme qui sirotait tranquillement son thé derrière la direction de Moov-Bénin. Je me demandais même en quelle qualité le bandit parlait.

Aujourd’hui, il revient toute honte bue, menacer de descendre à Cotonou pour libérer dame Réckya dont il ne peut même pas prononcer correctement le nom.

Mais je crois avoir déjà dit à Ladislas de changer son livreur. Il ne lui vend pas une bonne herbe.

Et si je me trompe, c’est qu’il ne dégraine pas bien. Un homme lucide qui se dit milliardaire sur le papier, ne divague pas.

Grand frère inconscient, prends-toi un peu au sérieux. J’en connais ici qui ne savent pas la pourriture que tu es et continuent de te faire confiance. Fais les encore rêver pour quelques mois  non?

Je suis Takou.

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR