Le Béninois Libéré
Image default
Politique

CELEBRATION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE DE LA LIBERTE DE PRESSE: La PADEM-Bénin en bataille pour une presse plus libre

La célébration de la journée internationale de la liberté de presse continue de plus belle avec la Plateforme des acteurs et promoteurs pour le développement des médias (PADEM-BÉNIN). Après le point de presse du Président Basile Tchibozo et le match de football qui a opposé les patrons de presse aux journalistes, une conférence débats a été initiée. La rencontre s’est déroulée à la plage de Togbin autour du thème « Délivrance de la carte de presse par L’ANIP, quelle implication ? ». En présence des doyens de la presse et des promoteurs d’organes de presse

02 thématiques majeures ont meublé les discussions. Il s’agit essentiellement de la  délivrance de la carte de presse par l’ANIP : Quelle implication pour les hommes de Médias? Et  la presse à l’heure du numérique : Quelle rentabilité pour les organes de presse ? C’est autour de ces deux thématiques majeures que s’est déroulée la causerie débat initiée par la Plateforme des Promoteurs et Acteurs Pour le Développement des Médias au Bénin (PADEM Bénin), ce lundi 09 mai 2022 à la plage Togbin.

Dans ce cadre une  kyrielle des activités retenues pour commémorer la journée internationale de la liberté de presse, Basile TCHIBOZO, ancien président du CNPA et les membres de la PADeM ont jugé utile d’offrir cette tribune aux hommes de médias béninois pour réfléchir sur les problèmes qui gangrènent la corporation et leurs conditions de travail. C’est en présence de plusieurs figures emblématiques de la presse béninoise. Entre autre, on a noté la présence  des  aînés: Noël ALAGBADA, ABOUBAKAR TAKOU, Léon BRATHIER, Perzo ANAGO, ANGELA KPEIJA et  plusieurs professionnels des médias  et promoteurs d’organes de presse.

Pour Noel ALAGBADA, ancien conseiller de la HAAC, toutes les occasions de discussions sont bonnes pour réclamer et revendiquer ses droits. Il a dans ses propos invité les confrères à plus d’engagement pour sortir la presse de sa léthargie. Quant à Angela KPEIDJA Journaliste à l’ORTB, elle a suggéré que le code de l’information est celui qui devrait être appliqué au journaliste en cas de dérive et non le code du numérique qui constitue un couteau à double tranchant qui guette le journaliste dans l’exercice de son métier. Aboubakar TAKOU, promoteur du groupe de presse Le Béninois Libéré, en ce qui le concerne, a souligné que les journalistes doivent s’organiser pour défendre leurs droits. Basile TCHIBOZO, président de la PADEM BENIN a exprimé toute sa satisfaction à l’entame de la séance et invitent les confrères à plus de réflexions sur les véritables maux qui minent le secteur. S’en est suivi la première communication qui a porté sur le thème : la  délivrance de la carte de presse par l’ANIP : Quelle implication pour les hommes de Médias. Il est développé par Michel AHONON, Directeur de Publication du quotidien Le Palmarès qui est revenu de long en large sur les conditions d’obtention actuelle de la carte de presse et ses avantages pour le journaliste. Le promoteur du journal L’investigateur a partagé avec les confrères ses expériences sur le numérique au regard de son développement ces dernières années. Les uns et les autres ont fait des apports pour une presse béninoise plus libre. La séance a pris fin par une réjouissance.

                                          Oscar S. MEDO-ADOKON          

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR